Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 21:00
Non, vous ne rêvez pas. Exprimé en heures de travail, le prix actuel du pétrole est dans l'ordre de grandeur qui prévalait du temps des Trente Glorieuses.

Pour preuve, notre nouvelle version du barilomètre qui convertit (presque) automatiquement le prix du baril en euro, puis en heures de travail selon le dernier barème du SMIC en vigueur, et indique en sus dans quel contexte pétrolier nous sommes.

Il s'agit d'un instrument de mesure instantané : la plupart des mesures aujourd'hui publiées sur le Web s'intéressent à des moyennes annuelles.

Comme on peut le constater, l'instrument pointe aujourd'hui sur 6,1 heures, soit le temps de travail nécessaire pour s'offrir un bon baril de 159 litres de pétrole texan. Au plus fort de la bulle pétrolière, il est monté à un peu moins de 11 heures de travail, mais seulement pendant un très court laps de temps.

Ces valeurs sont à comparer aux pointes mesurées lors du premier choc pétrolier (près de 30 heures de SMIC en 1974) puis du second (un peu plus de 20 heures de SMIC en 1980). Et on comprend mieux ainsi pourquoi, bien qu'on nous dise que le baril soit cher, ce ne sont pas seulement les classes sociales les mieux nanties qui s'offrent des 4x4.

Si on désire maintenant s'intéresser aux valeurs en moyenne annuelle, nous avons réussi à remonter la pendule jusqu'au début des années 50, en substituant le SMIG au SMIC. Le résultat* est édifiant :

On constate que les Trente Glorieuses sont loin d'avoir été trente années durant lesquelles le pétrole était bon marché : ce n'est que dans les années 1960 que le Français moyen a cessé de considérer l'essence comme un produit de luxe - et à projeter son idéal de vie dans Banlieutopie, avec une maison individuelle dispendieuse à chauffer, les indispensables véhicules personnels pour rester en communication avec le reste du monde et le tout-jetable.

On voit mieux alors les chocs pétroliers de 1973 et 1979 ont été une mise en parenthèse momentanée de ce paradigme. En les réduisant à un simple épiphénomène, on pourrait presque dire que les Vingt Glorieuses (1945-1965) ont donné naissance aux Quarante Jouisseuses (1965-2005) qui, malgré deux chocs pétroliers, ont tenté d'aller jusqu'au bout du modèle de la société de (sur)consommation.

Depuis 2005, nous sommes apparemment en train de quitter ce modèle, mais sans pour autant être pour le moment dans des situations insupportables pour le Français moyen, du moment que ce dernier abandonne son mode de vie gaspilleur et revienne à la façon dont il vivait jusque dans les années 1950 : habitat en ville, vêtements adaptés au temps qu'il fait, durée de vie accrue des objets, recyclage des matériaux... Bref, ce qu'on appelle aujourd'hui le "geste écolo" sous prétexte de sauver la planète, c'est tout simplement le retour aux bonnes vieilles habitudes économes de grand-mère.

Même si, selon nos dernières estimations, la partie droite de la courbe devrait bientôt redescendre vers les 5-6 heures/baril, nous devrions garder voire renforcer nos réflexes de sobriété : non pas à cause d'une pétrole apocalypse chère à certains hommes politiques, mais tout simplement... à cause d'une profonde récession économique.

Et la prochaine fois que vous trouverez l'addition salée après être passé à la pompe, méditez donc ce dernier graphe :

Malgré une légère hausse - temporaire - ces dernières années, le gazole qui nourrit nos véhicules est loin d'obérer sérieusement le pouvoir d'achat du Français moyen, même smicard.

__________________________
* La valeur correspondant à 2008 est provisoire car calculée uniquement sur les 10 premiers mois de l'année.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Au Pays de l'Or Noir
commenter cet article

commentaires

Gilles 31/10/2008 12:10

Je pense qu'il est assez facile de démonter la vision mythique d'une société qui s'écroulerait immédiatement en 10 ans, avec un retour immédiat au survivalisme, effectivement.

Le probleme n'est pas là : il est dans la fin programmé du modèle de croissance économique, sur lequel repose tout l'appareil financier. Tes graphiques montrent une tres bonne corrélation entre la VARIATION du coût du pétrole et la CROISSANCE economique. Ce n'est pas le niveau de vie "en soi" auquel on est sensible, mais à sa variation. On a des biens meilleurs souvenirs de sa vie d'étudiant que de l'époque où on s'est retrouvé au chomage, meme si son revenu etait objectivement supérieur dans le second cas !

Il n'y a aucun doute qu'on peut continuer à vivre en période de récession prolongée ! mais ça n'en reste pas moins un choc économique, social, et psychologique auquel il n'est pas inutile de se préparer et d'alerter !

Aerobar Films 31/10/2008 14:51


La croissance, qu'est-ce que c'est la croissance ? La croissance d'un agrégat de comptabilité publique ? On ne résume pas une économie nationale, forcément complexe, à un seul chiffre, de la même
façon qu'on ne mesure pas la valeur ou l'efficacité d'une entreprise privée à l'accroissement de sa valeur ajoutée (équivalent de la croissance économique en comptabilité des entreprises)