Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Attention ! cet article est en cours de construction. Il est donc encore incomplet !

La présente page a pour objectif de qualifier les principales sources d'information publique sur les questions d'énergie et d'environnement. Rappelons en préambule le point de vue de Jean Laherrère, membre fondateur d'ASPO-France :

Publier une donnée est un acte politique et dépend de l’image que l’auteur veut donner.
Tout ce qui est publié est politique (OPEC qui triche sur les quotas) ou financier (règles SEC = seulement ce qui est prouvé).
Tout ce qui est technique est confidentiel (sauf UK, Norvège et US Federal)
L’ambiguïté est recherchée et les définitions ne sont jamais fournies exactement, ni les valeurs de référence.

ADEME : cette agence française d'infomation sur les économies d'énergie se concentre sur l'information du grand public et publie par conséquent assez peu d'études approfondies ou de statistiques.

Agence Internationale de l'Energie (AIE) : cette agence multi-gouvernementale, basée à Paris, est principalement constituée d'économistes. Son but premier est de défendre les intérêts énergétiques de ses membres fondateurs, les pays de l'OCDE, face aux pays producteurs de ressources énergétiques, l'OPEP en premier chef.

  • Ses statistiques par pays sont de bonne qualité, même si elles sont obtenues sans investigations propres : l'Agence demande à chaque pays de lui fournir les données dont elles a besoin ;
  • Ses prévisions sont à considérer avec prudence : armes de guerre économique, elles sont souvent biaisées pour pousser les pays producteurs à fournir la demande des pays de l'OCDE au plus bas prix possible.

ASPO-France : cette discrète entité créée par Jean Laherrère, un des plus célèbres spécialistes du pic, et d'autres ingénieurs du monde de l'énergie est sans doute l'une des meilleures sources d'information indépendantes sur l'énergie. Ses membres situent le pic pétrolier vers 2020, y compris dans leurs dernières estimations qui tiennent compte de l'impact de la crise financière. Elle publiait un bulletin trimestriel d'assez bonne facture, ainsi que diverses publications, dont la mise à jour fréquente du point de vue de Jean Laherrère, au travers des supports qu'il utilise lors des conférences auxquelles il est convié.

ASPO-Irlande :
souvent dénommée simplement ASPO de façon impropre, cette entité organise un fois par an un séminaire international avec des intervenants de valeur inégale, et publie mensuellement un bulletin (newsletter) rédigé par son président, Colin Campbell, dans lequel figure en bonne place la fameuse "courbe de l'ASPO", qui est le résultat d'un modèle de prévision de production pétrolière qui place le pic pétrolier en 2008.

ASPO-USA
: communauté anglophones dont les rares publications manquent singulièrement d'objectivité et de recul. A éviter.

BP : cette compagnie pétrolière publie une fois par an une impressionnante masse de statistiques, le BP World Review of Energy, très pratique (les données sont disponibles en un seul fichier Excel). Il est malheureusement incomplet sur certains points, comme les énergies renouvelables.

CEA : entité publique (EPIC) concentrant les efforts de R&D publique sur l'atome militaire et civil, ainsi que sur certaines énergies renouvelables (solaire, pile à combustible) de façon très modeste. Ses publications ne couvrent que les informations tombées dans le domaine public. Ses liens forts avec l'industrie nucléaire - le CEA est un actionnaire important d'Areva - ne lui permettent pas d'afficher un regard critique sur cette dernière.

DGEMP : cette entité qui dépend désormais du MEDAD est la source de référence pour les statistiques énergétiques françaises, très complètes. Ses prévisions officielles sont, par construction, écrites en cohérence avec les positions de l'AIE et sont donc assez peu réalistes.

Energy Information Administration : dépendant du DoE, le ministère de l'énergie états-unien, cette agence est avant tout un bureau de statistiques.

  • Ses statistiques sont de très bonne qualité pour tout ce qui concerne les Etats-Unis et, plus largement, l'Amérique du Nord. Pour les autres pays, elle a tendance à faire du copier/coller avec les données de l'AIE;
  • Ses prévisions sont en réalité la simple traduction de la politique énergétique états-unienne pour le grand public.

Enerzine : webzine francophone s'intéressant exclusivement à l'actualité énergétique, tenu par des professionnels du journalisme. 

 

IFP : entité publique (EPIC) concentrant les efforts de R&D publique sur les hydrocarbures : prospection, production, raffinage et utilisation (moteurs thermiques). Ses publications ne couvrent que les informations tombées dans le domaine public. Ses liens forts avec l'industrie pétrolière ne lui permettent pas d'afficher un regard critique sur cette dernière.

Oléocène : site communautaire francophone à l"origine de quasiment tous les forums en français relatifs aux questions pétrolières et d'une bonne partie des sites perso et blogs (dont celui que vous lisez en ce moment). Les articles publiés ne font pas l'objet d'une revue formelle en comité de lecture. Son wiki, non maintenu, est obsolète. Son forum reste une source d'information sur l'actualité, mais les réelles discussions y sont assez rares : on y va plus pour recueillir un avis extérieur d'un habitué que pour papoter de tout et de rien. Les sujets "extrêmes" qu'on y trouvait au début sont désormais traités sur d'autres forums créés par d'anciens intervenants d'Oléocène : utopies douces de bobos (Soléocène), vivre sans pétrole comme chez les Amish (L'après-pétrole), survivalisme (Projet Olduvai) ou idéalisation du retour à la vie de village gaulois (Oléo-transitions).

The Oil Drum (TOD) : site communautaire anglophone où quelques rares points de vue intéressants sont noyés sous une masse de textes piquistes et souvent pseudo-scientifiques. Les articles publiés ne font pas l'objet d'une revue formelle en comité de lecture.

USGS  : site officiel de l'agence fédérale états-unienne en charge des questions géologioques. Sans doute la meilleure source d'information sur l'état du sous-sol mondial. 

UTCE (Union pour la coordination du transport de l’électricité) : association d'opérateurs de réseaux d'Europe continentale, ayant pour premier objectif la coordination technique de la "plaque" géante formée de tous ses réseaux membres. Activités de lobbying européen limités aux aspects techniques, les aspects règlementaires (ou plutôt dé-règlementaires) étant traités par l'ETSO. Statistiques de qualité, même si celles-ci sont produites par consolidation sans discussion des données fournies par les pays membres. la prospective à moyen terme est à prendre avec précaution pour le moyen terme, mais celle à court terme (qualité d'approvisionnement pour les mois à venir) est une référence. Attention : quelques pays-clés du réseau électrique européens, dont le Royaume-Uni, ne sont pas membres de l'UCTE.

Partager cette page

Repost 0
Published by