Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 05:19

C'est une affaire entendue, les banquiers savent bien parler.

Par exemple, prenez Simon Derrick, ce banquier britannique à qui le Monde vient de consacrer un article à propos de l'évolution du cours du pétrole ; avec un patronyme pareil, le sujet s'imposait sans doute.

Que dit Simon ?

Pour lui, les fondamentaux sous-jacents d’un marché n’ont guère d’importance. Ce qui compte vraiment est la politique monétaire mondiale.

Autrement dit, dans notre langage : "on s'en fout du sous-jacent", expression que nos lecteurs connaissent désormais depuis 5 ans.

Ce qui est dommage, c'est que l'article, pourtant intitulé Sur les marchés financiers, l'effet papillon, passe complètement à côté du sujet, à savoir le caractère désormais complètement chaotique de la plupart des prix, cours et cotations des actifs dont a besoin notre moderne pour tourner : pétrole, mais aussi toutes les autres matières premières, immobilier, actions, obligations, etc.

Son explication même est fausse : il n'y a pas de "politique monétaire mondiale" mais au contraire de simples politiques monétaires régionales qui sont déterminées par la banque centrale de l'étape, dans l'unique intérêt de son pays, voire parfois de ses réserves). C'est le manque de synchronisme et de coordination entre ces différentes boutiques financières qui provoque à-coups et inversions inattendues des tendances.

Ce n'est parce qu'il y a chaos qu'il y a impossibilité de prévoir, au contraire : comme il y a un peu de banques centrales influentes, comme leurs options sont limitées, que leur mandat est connu et que les indicateurs sur lesquels elles prennent leurs décisions le sont également, la plupart des prévisionnistes essaient aujourd'hui d'anticiper, par la théorie des jeux, comment les différentes positions vont évoluer et en déduire d'abord les effets sur les taux de change, puis sur les matières premières, puis sur la croissance des différents pays, puis enfin sur l'immobilier et sur les actions et obligations des sociétés présentes dans ces pays.

Le problème reste qu'il y a beaucoup de bruit dans le signal : hors cygne noir, on peut identifier les zones incertaines, comme le prix du pétrole dans les 3-6 prochains mois, mais prévoir assez facilement la plupart des tendances de fond jusqu'à un horizon de 12 à 18 mois. Au-delà, tout et son contraire sont possibles et il faut cette fois-ci tenter de revenir aux sous-jacents en faisant de la prospective, et de la même façon, lorsqu'on écrit l'Histoire, on se dépêche d'oublier l'existence des marchés monétaires, pourtant non dépourvus de visages.

greensdare.jpg

Repost 0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 14:43

Tiens, ça faisait longtemps qu'on n'avait pas justifié notre nom de scène.

Puisqu'en ce moment, les évolutions inattendues du cours des devises fait l'actualité, on a repris nos outils pour illustrer ce qui fera peut-être l'événement de la fin du mois.

 


 

 

Repost 0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 20:57

je suis riche

A la BNS, vénérable institution de la confédération helvétique jouant le rôle de banque centrale, on commençait à être jaloux du reste du monde : et la Grèce par ci, et la parité euro-dollar par là, et la dette de la France, et l'équilibre budgétaire de l'Allemagne, et le yuan dans tout ça, blablabla.

Oubliant les fondamentaux de tout banquier central qui se doit d'être parfaitement prévisible, les dirigeants de la BNS qui en avaient marre de ne jamais faire l'actualité ont décidé de renoncer brutalement à bloquer le cours du franc suisse face à l'euro, sans doute pour un mix de bonnes et de mauvaises raisons. Résultat : mise en orbite du franc suisse, krach boursier à Zürich, agents de change dévalisés...

Cette escadrille de cygnes noirs qui sillonne le ciel de cette nouvelle année, c'est pour nous empêcher de faire de la prospective ou quoi ?

Il-suffira-d-un-cygne.jpg

Repost 0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 18:33

Les fêtes de fin d'année approchent, c'est le moment de ressortir notre carte de voeux ré-utilisable.

bonnes-ann--es.JPG

Même si elle date un peu désormais, nous ne voyons pas la nécessité de mettre à jour les différentes altitudes : on peut considérer que le pic pétrolier "conventionnel" a été franchi en 2010, et ce récent article (et son commentaire) montre que les trucs de schiste n'auront pas d'effet significatif sur le pic gazier.

Tout cela est un peu réchauffé, nous direz-vous, un peu comme si on vous ressortait les restes de bûche financière de 2008... Aussi nous vous recommandons un petit article comme on l'aime ici : 2015, le lac des cygnes noirs.

Déjà, cette image de cygnes noirs en escadrille nous plaît beaucoup, avec un peu de Wagner en bande-son on visualise très bien... Au-delà de la référence cinématographique, le choix de ce grand musicien romantique est bien en accord avec les bruits de botte qu'on entend un peu partout plus fort sur la planète ; comme l'a dit Woody Allen, "chaque fois que j'écoute du Wagner, j'ai envie d'envahir la Pologne".

En plus, nous connaissons l'auteur et nous vous confirmons que la plupart du temps, ses raisonnements implacables ont été confirmés par la dure réalité ; n'est-ce pas, Zoé ?

Enfin, il reste néanmoins optimiste :

Pour conclure, le pire est devant nous. Mais le pire n'est jamais décevant, dans la mesure où il nous oblige à inventer, à être intelligent, dans notre façon de réguler l'économie.

Cela vous fait penser au fameux mythe des Chinois qui utilise le même idéogramme pour parler de crise et d'opportunité ? Retournez lire nos vieilles pages dans ce cas.

Repost 0
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 11:08

Le Monopoly, tout le monde connaît. Son éditeur en produit de multiples variantes (Alsace, football, etc) et les pastiches fleurissent mais les règles, elles, restent immuables.

De ce fait, quand il s'agit d'occuper quelques heures d'une après-midi pluvieuse ou d'une soirée sans enjeu ni objectif, on finit par rejeter le jeu de spéculation immobilière par lassitude.

Pourtant, ce jeu dispose d'un énorme potentiel évolutif : avec un peu d'imagination, du bristol et quelques crayons de couleur on peut le transformer en quelque chose de nouveau, en ajoutant plus de hasard ou bien plus de similitudes avec les réalités du marché immobilier - ou bien les deux. Démonstration par l'exemple.

Commencez par relire les règles officielles. Certaines s'oublient vite, et pourtant elles sont importantes pour le iment du jeu, comme :

  • Si un joueur n'achète pas le terrain de la case où il s'est arrêté, il est immédiatement mis aux enchères sur la base de son prix d'hypothèque
  • Maisons et hôtels se liquident à la moitié du prix indiqué sur la carte
  • Pour retirer l'hypothèque d'un terrain, il faut payer 10% de frais financiers en plus du prix affiché sur la carte

Ensuite, on peut changer un peu les règles. De nombreuses bonnes suggestions se trouvent assez facilement sur le Web, surtout si on cherche dans sa partie anglophone :

  • En début de partie, il faut attendre qu'un des joueurs ait fait le tour et repasse par la case Départ pour pouvoir acheter des terrains
  • Si on tombe sur une gare détenu par un joueur en possédant plusieurs, au tour suivant on peut aller directement sur l'une de ces gares, sans passer par la case Départ
  • On peut construire sans avoir l'ensemble des terrains d'une même couleur, mais maisons et hôtels coûtent alors 2 fois plus cher que le prix indiqué sur la carte - et se liquident toujours à la moitié du prix indiqué sur la carte
  • On peut construire jusqu'à 2 hôtels sur un terrain
  • On gagne 400 € si on s'arrête sur la case Départ

Monopoly-kit.jpg

Enfin, vous pouvez établir un nouveau jeu de cartes Chance, comme présenté en A sur l'image :

  1. Rejouez
  2. Triplez votre prochain lancer de dés
  3. Allez au prochain boulevard
  4. Hyper-inflation : tout le monde rend la moitié de la valeur de ses billets de 100 et de 500 €, arrondie à la centaine inférieure
  5. Crise immobilière : tous les terrains hypothéqués reviennent à la banque
  6. Bulle immobilière : tous les terrains hypothéqués redeviennent constructibles
  7. Parc gratuit activé : tout l'argent destiné à la banque ira à celui qui s'arrêtera sur Parc Gratuit
  8. Incendie chez votre voisin de gauche : retirez la maison de votre choix d'un de ses terrains
  9. Zone verte : vous faites voter par la municipalité la construction d'un parc sur un terrain non bâti de votre choix  : plus aucune construction n'est autorisée
  10. Site classé : vous faites voter par la municipalité le classement d'un terrain  de votre choix, même déjà bâti : plus aucune construction n'est autorisée
  11. Zone inondable : vous faites voter par la municipalité le caractère inconstructible d'un terrain non bâti de votre choix : plus aucune construction n'est autorisée
  12. Attaquez en justice votre voisin de gauche : celui-ci doit rester immobile jusqu'à ce qu'il joue un double
  13. Échangez vos positions avec votre voisin de droite : lui ne tirera pas de carte Chance en arrivant là où vous êtes pour le moment, mais vous devrez faire comme si vous étiez directement arrivé sur sa case
  14. Construisez une nouvelle gare sur cette carte Chance ou n'importe quel terrain non acquis. Vous pouvez ensuite l'acheter ou la faire mettre aux enchères.
  15. Établissez la Compagnie du Gaz sur cette carte Chance ou n'importe quel terrain non acquis. Vous pouvez ensuite l'acheter ou la faire mettre aux enchères.

C'est là que vous aurez besoin de carton et de crayons : pour les cartes "zone verte", "site classé" et "zone inondable", un petit cache hachuré condamnera la zone du plateau où on positionne ordinairement maisons et hôtels (cf. B). Pour les 2 dernières cartes, il vous faudra concevoir les nouveaux terrains (Gare de l'Est et Compagnie du Gaz) qui viendront se superposer aux cases existantes (cf. C1) ainsi que les cartes de propriété correspondantes (cf. C2).

Outre l'intérêt d'augmenter l'effet de monopole - posséder les 5 gares fixe le loyer de chacune d'entre elles à 400 €, posséder les 3 "utilities" établit le loyer à 20 fois le total des dés - ces 2 nouvelles cartes modifient significativement la structure du plateau si elles sont bien placées.

Que le meilleur gagne !

Repost 0
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 10:16

Enfin un établissement financier qui assume son business model :

banque-casino.jpg

Cette image n'est absolument pas truquée, vous pouvez aller vérifier l'original : http://www.banque-casino.fr/

Merci à phyvette pour avoir déniché cette perle de Noël.

Repost 0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 21:45

le-jour-ou-la-France-perdit-son-triple-A-450x600.jpg

Repost 0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 21:50

Le dernier CFNAI vient de sortir, c'est le moment de mettre les aérobaromètres à jour (cliquez sur l'image pour l'agrandir).

x-o-meters-111222.jpg

Bon, ce n'est pas très folichon, surtout avec les manchettes des Echos en fond de panier...

Les USA ont l'air de s'en sortir un peu mieux que nous. Le pétrole est cher, mais pas autant que l'imaginaient les prévisionnistes de Renault, qui comptaient sur un pic pétrolier pointu pour que tous les acheteurs rationnels de véhicules légers ne se précipitent sur les voitures électriques.

La tonne de carbone reste proche de son planher record, c'est le moment de rallumer les centrales au charbon, Kameraden !

Repost 0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 21:04

credit-crunch.jpgMerci au blog des infos du nain pour la texture.

Repost 0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 11:25

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6e/St%C3%B6wer_Titanic.jpgPendant que l'Europe ne pense qu'à sauver sa monnaie, le Japon est désormais ouvertement mobilisé dans une logique de guerre économique totale.

Depuis quelques années déjà, face à la menace grandissante de l'industrie chinoise, le gouvernement japonais avait remis en avant la nécessité de construire l'avenir du Japon sur son monozukuri, sa capacité exceptionnelle à (re)prendre le leadership en matière industrielle.

Le coup redoutable porté par le tsunami de mars dernier, au lieu de désespérer l'archipel, l'a au contraire dynamisé un peu à la façon de Pearl Harbour pour la machine de guerre états-unienne.

Pourquoi parle-t-on si peu des suites de l'accident majeur de Fukushima ? Tout simplement parce qu'en temps de guerre, il est interdit de diffuser des nouvelles propres à démotiver les troupes et la population.

Ici en Europe, la mobilisation est largement moindre. En matière économique, nous comptons sur les sommets internationaux pour régler les problèmes. Les gouvernements ne se posent pas vraiment la question de la reconstruction d'une Europe industrielle, qui passerait forcément par la préservation de tout ou partie du marché intérieur ; il est vrai que la théorie libérale du protectionnisme-mauvais-pour-l'économie est encore bien vivace, malgré des contre-exemples flagrants comme au premier chef toujours le Japon, dont le marché intérieur est toujours verrouillé au profit des entreprises nationales.

Nous vivons en rentiers apeurés des dividendes qui s'étiolent du formidable patrimoine socio-économique construit depuis deux siècles par nos aînés. Pour préserver notre petit confort, nous avons déjà commencé la vente par appartements, pour ne pas parler du grand hold-up chinois.

Repost 0