Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 11:54
Quatre zéro zéro

Pour la première fois depuis que l'Homme existe sur Terre, la concentration atmosphérique mondiale en CO2 vient de franchir la barre des 400 ppm, ou 0,04% si vous préférez.

Les mesures de l'observatoire de Hawai de la NOAA sont en effet incontestables :

Quatre zéro zéro
Partager cet article
Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 21:21

Le Grand Nemawashi de la COP21 est déjà engagé, si on en croit l'agenda du Président qui, à défaut d'inverser la courbe du chômage ou de remporter les départementales, continue de croire aux causes perdues et s'imagine capable de sauver carrément la planète entière et nos générations futures.

Sur le plan médiatique, cette Conférence des Parties risque de bénéficier d'un exceptionnel soutien par les faits marquants du climat.

On avait déjà signalé que la barre fatidique des 400 ppm de CO2 allait être franchie, et c'est chose faite :

http://www.esrl.noaa.gov/gmd/webdata/ccgg/trends/co2_trend_gl.png

Mais vlatypa que la banquise arctique à son tour se mobilise, en se préparant à afficher un maximum de couverture hivernale record, égale à sa couverture "normale" de fin avril :

Arctic-2015.03.06.jpg

Avec un maximum aussi minimum, on peut s'attendre à ce que le minimum de cet été soit lui aussi minimum.

Les négociateurs climatiques iront-ils jusqu'à faire du jet-ski au pôle Nord pour frapper les esprits ? Le suspense est haletant.

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 22:17

doomsday-clock---3-to-midnight-copie-1.jpgL'Horloge de la Fin du Monde vient de perdre encore 2 minutes. Il est désormais minuit moins trois, un horaire jamais atteint depuis... 1986.

Le communiqué met en avant le changement climatique. C'est un drôle d'argument car même si le climat se détériore de façon catastrophique, il faudra encore quelques centaines d'années avant que la planète devienne peut-être inhabitable. A l'aune de la Doosmday Clock, son nom anglophone, le changement climatique se situe plutôt aux alentours de sept heures du soir.

Ce n'est en tout cas pas le Quantitative Easing décidée par la BCE qui a provoqué ce réajustement.

La montée des tensions internationales, avec Daech au centre, est sans doute une meilleure raison.

A l'horizon de la fin de cette décennie, rien ne nous protège d'un attentat à la bombe A, façon Cinquième Cavalier, ou d'un "nettoyage tactique" du désert irako-syrien par une puissance occidentale qui aurait perdu son calme.

Pourquoi le Bulletin des Atomic Scientists, créateur et exploitant de cette pendule eschatologique pendule, insiste-t-il tant sur le climat ? Sans doute parce que l'industrie électronucléaire a plus que jamais besoin de cet argument pour se développer dans un monde post-Fukushima.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 14:46

Tandis que le gouvernement se frotte presque les mains à l'idée d'accueillir la 21e Conférence sur le Climat (COP21 dans le jargon onusesque), il est temps de mettre à jour notre prévision sur le franchissement du seuil des 400 ppm en valeur moyenne de la concentration atmosphérique en CO2.

Par la méthode rustique mais efficace de l'extrapolation graphique, on constate donc, grâce aux très utiles données de la NOAA, que cette valeur emblématique sera franchie peu avant cet été :

400-ppm-Forecasts.pngMédiatiquement donc, entre les préparatifs de cette conférence, l'atteinte des 400 ppm et peut-être un nouveau record de fonte de la banquise arctique, on devrait entendre à nouveau parler de changement climatique pendant les vacances. Et si on a de nouveau un été pourri ou bien une canicule, alors là...

Et ces conférences, au fait, servent-elles à quelque chose ? Permettent-elles de sensibiliser les décideurs, de mettre d'accord les parties prenantes sur de nouvelles mesures de réduction des émissions ?

Toujours sur la base des données de la NOAA, on constate hélas que la concentration atmosphérique du CO2 a plutôt tendance à s'accroître de plus en plus, passant d'environ 1 ppm/an dans les années 60-70 à un bon 2 ppm/an maintenant :

CO2-Increase-Rates-1959-2013.pngL'épaisseur de la courbe permet d'indiquer l'incertitude de la mesure - pour une fois qu'on dispose de cette information, on ne va pas se priver de l'utiliser. Le seul événement d'origine humaine qui semble avoir eu un effet positif semble avoir été la chute de l'URSS au début des années 1990, qui s'est traduite par un profond ralentissement de l'appareil industriel de l'ex-Union Soviétique pendant quelques années.

Voilà en tout cas qui maintient notre confiance dans notre prévision d'un pôle Nord libre de glace à l'été 2028, quelle que soit l'issue des COP2n.

north-pole-50--blurred.jpg

Article également publié sur le nouveau blog des Aerobar Films

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 11:53

Les données météo de Paris-Montsouris permettent de mettre en perspective le lent mais inexorable radoucissement du climat à Paris.

Records-de-t--a-Paris---maxi-des-mini-1976-2014.png

Sur ce graphique, on appelle "été" la période allant d'avril à septembre et "hiver" celle allant d'octobre à mars.

Le radoucissement est marqué depuis les années 1970, période à partir de laquelle Paris a été cerné par le boulevard périphérique ; l'influence d'un tel dispositif sur le climat local n'est certainement pas neutre.

Depuis 1987, au moins un record journalier est battu chaque année, avec des pointes à 15 jours certaines années. 2014 n'est pas pour le moment remarquable, même si elle s'avère en moyenne la plus chaude depuis 1900.

Partager cet article
Repost0
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 17:05

Il n'avait jamais fait aussi chaud dans Paris un 9 mars, de mémoire de météorologue.

Record-du-9-mars-2014.png

On notera également sur ce graphe - même s'il est encore un peu tôt pour célébrer l'arrivée de l'été, il suffit simplement de se rappeler le temps qu'il a fait le 13 mars 2013 - que pour le moment la région parisienne a connu un hiver sans véritable gelées.

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 09:22

dunkerque-2100.jpgNon, cette recommandation n'est pas inspirée du temps très clément qui règne actuellement sur de nombreuses côtes européennes, mais d'une étude dans le plus pur style PO-RC qui va bientôt paraître et donc vous trouverez un résumé commenté en français ici.

Même s'il est fondé sur l'exploitation d'un modèle simple et donc faux, l'article a le mérite d'être écrit par quelqu'un d'assez compétent en la matière et non par un des nombreux GCEM (Garçon-Coiffeur Eclairant le Monde) qui sévissent sur le Net et qui compensent leurs esprits scientifiques limités par un usage immodéré des fonctions graphiques d'Excel.

Les 4 scénarios étudiés caractérisent, pour différentes hypothèses de dates du pic carbone, le temps qu'il faut pour que l'Humanité répare les dégâts climatiques et fasse revenir la Terre dans son état d'avant la Révolution Industrielle. Un petit dessin valant mieux qu'un long discours :

 

Reversing-Climate-fig2.jpg

Pour une fois, c'est l'axe des abscisses qui change : on brise la fameuse frontière de l'horizon 2100 cher à Meadows et au GIEC et on regarde ce qui se passe à l'horizon de l'an 3000, excusez du peu. A moins d'un pic carbone proche (c'est le scénario de la courbe bleue), on voit que le XXIIIe siècle sera assez différent du nôtre : température moyenne du globe supérieure de plsuieurs degrés, acidité marquée des océans, banquise arctique réduite à un champ de glaçons et enfin niveau des mers remonté d'un à deux mètres, peut-être plus.

Bien entendu, l'auteur n'a pas pris en compte l'hypothèse d'un hiver nucléaire dont la probabilité est pourtant, sur une aussi longue échelle de temps, sans doute de même ordre de grandeur que celle d'un pic carbone en 2050 assorti d'une volonté politique et financière mondiale de séquestrer l'intégralité du carbone excédentaire.

Ce qui fait froid dans le dos, c'est que la bombe à hydrogène est sans doute aujourd'hui l'outil le plus efficace sur le plan technico-économique pour renverser immédiatement la tendance climatique : contrairement aux installations de séquestration qui restent à concevoir et à déployer, nous disposons déjà de toute la panoplie nécessaire... Sans compter les efforts acharnés de l'Iran qui veut aussi avoir sa place dans le Club des nations capables de sauver instantanément la Terre du péril climatique.

Donc, de deux choses l'une : soit il y aura un taré qui appuiera un jour sur le bouton rouge et le climat sera sauvé mais nous ne serons plus là pour le voir, soit nous arriverons à contenir éternellement ce risque et les vacanciers européens de l'an 2500 privilégieront les plages du cercle polaire et son soleil de minuit aux côtes espagnoles torrides et rétrécies par la montée des eaux.

http://img.over-blog.com/599x333/1/15/80/34/PO/H-and-peak.jpg

Partager cet article
Repost0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 11:55

Nous nous permettons de détourner un extrait de la bande dessinée des Givrés publiée dans Spirou - à ne pas confondre avec les Indégivrables du Monde - en introduction à ce petit billet.

givres-2013.jpg

Ces dernières années, nul ne peut nier que l'écologie a eu droit à un grand retour sur le devant des scènes politique, économique et de la vie quotidienne. Ce mouvement était en première analyse animé par quatre courants de pensée :

  1. les piquistes, alarmés d'abord par le plafonnement prochain de la production mondiale de pétrole (peak oil) puis par la raréfaction plus ou moins proche et plus ou moins démontrée des métaux et autres ressources naturelles ;
  2. les réchauffistes, dont les fronts se perlent de sueur à la vue des courbes de température atmosphérique à la croissance plus ou moins inexorable ;
  3. les tiers-mondistes, obnubilés par la montée des eaux qui transformeraient des centaines de millions d'habitants du Globe à faibles revenus en réfugiés climatiques ;
  4. les décroissants, héritiers des critiques de la société de consommation - de Debord à Pasolini - mais ayant perdu l'ambition de changer le monde.

préserve la couche d usinesCrise économique et trucs de schiste ont réduit l'audience des piquistes ; rassemblés dans leur forteresse, ces derniers attendent patiemment leur heure. En période de crise, le tiers-mondisme - voire le quart-mondisme - perd également de la visibilité : plutôt que de s'intéresser aux pauvres de l'autre hémisphère, l'homme de la rue souhaite que les décideurs se préoccupent d'abord des pauvres qui envahissent ses trottoirs.

L'homme de la rue a même une secrète peur d'y finir lui aussi : s'il y a bien une espèce en voie de disparition rapide en ce moment, c'est l'activité productive occidentale : ses usines partent en Chine, ses centres administratifs en Roumanie ou au Maroc et ses espoirs de croissance sont dans les BRIC. Aujourd'hui, personne ne peut démontrer qu'un scénario catastrophe d'une France avec 10 millions de chômeurs est structurellement impossible.

Face à cette menace majeure, autant dire que l'effet papillon du CO2 qui sort des pots d'échappement et des cheminées tracasse de moins en moins les élites pensantes et les masses laborieuses. L'actualité rappelle par ailleurs jour après jour que ce sont plutôt les molécules complexes et les nano-particules qui semblent poser des dangers bien plus graves pour la santé publique.

Bref, comme le chante Carmen Maria Vega dans son dernier disque :

Les bidons dans l'Atlantique
Catastrophe écologique
Le changement climatique
On s'en fout !

Il ne reste donc qu'une seule issue aux mouvements écologistes s'ils veulent continuer à disposer d'une base électorale suffisante : un repositionnement sur le terrain de la décroissance, en se faisant le porte-parole et le soutien réel de cette fameuse France d'en-bas, celle qui a de moins en de moins de ressources et que l'Etat exsangue et endetté ne peut plus subventionner.

Il faudra sans doute adopter un autre mot que décroissance dont la connotation négative n'est pas supportable pour un parti de grande échelle ; on oubliera vite développement durable tellement l'expression a été galvaudée par les tiers-mondistes mondains. Sobriété ? Simplicité ?

Tout reste à faire.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 21:31

banquisometre-relatif-51.jpg

Partager cet article
Repost0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 07:00

Si on ne regarde que les dix dernières années, il est difficile de parler de réchauffement climatique.

Anomalie temp globale 1204Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Partager cet article
Repost0