Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 13:43

Tout le monde en parle : le gaz de schiste est désormais incontournable dès lors qu'on tente la moindre analyse de la situation énergétique mondiale.

Ce gaz mystérieux jouit pourtant d'une notoriété très récente dans la Websphère, notamment en France, comme le montre cette statistique de Google :

Voilà pourtant quelque chose que les arrogants internautes prospectifs - dont nous sommes de dignes représentants - n'avaient pas du tout anticipé, la preuve en est que sur le forum francophone le plus à la pointe sur le sujet, le thème apparaît pour la première fois en avril 2008.

Dans le secteur de l'énergie, 5 ans c'est hier après-midi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Au Pays de l'Or Noir
commenter cet article

commentaires

Env2100 16/03/2013 18:49


Moui. Une petite histoire mon cher Aérobar ?


Quand dans les années 50 les Français découvrirent le gisement de Lacq, il fut vivement question de le refermer aussi vite. En effet, l'utilisation du gaz naturel implique des investissements
conséquents, à la fois macroscopiques (réseau de gazoducs) et microscopiques : les gazinières. Allait-on convaincre 50 millions de Français, encore pauvres à l'époque, d'acheter une gazinière
"flambant" neuve, alors qu'on n'était pas sûr de la pérennité de l'offre ? Allait-on vraiment exploiter ce gaz riche en H2S, alors que Vallourec ne produisait pas de tuyaux résistant à ce gaz
acide et dangereux ?


On prit la décision que oui. Ce fut une décision politique autant que technique, puisque le gisement de Lacq, une fois à moitié vide, fut facilement suppléé par celui de Groningue. Mais il s'en
est fallu de peu.


Le gaz de schiste (tight gas), pour les pétroliers, c'est le mal (j'allais dire autre chose). Déjà le gaz c'est le mal, mais alors le gaz de schiste... Donc bien entendu que les valeurs des
réserves de gaz, dont on n'entretient les chiffres que du bout des lèvres, ne prennent en compte que les méga sites du type South Pars-North Dome - tout le reste est soit russe (c'est le mal),
soit sans intérêt économique (c'est encore plus le mal). 


Les décideurs américains ont bien retenu la phrase de George W. Bush : "America is addicted to oil". J'adore cette phrase car elle est similaire à celle d'Einstein : "Dieu ne joue pas aux dés
avec l'univers" : la phrase de quelqu'un dont l'immense puissance (politique ou intellectuelle) se fracasse à une réalité amère. 


L'administration Obama (en réalité précédée par l'administration Bush, on croit rêver) a donc fait le même choix que la IVe République (on croit rêver derechef) : exploiter un machin inavouable,
qui peut pourtant soulager notre énorme dépendance. Il y a une parabole anglo-saxonne qui décrit parfaitement cette situation. Une deuxième petite histoire M. Aerobar ?


Un prisonnier qui devait être exécuté fit un deal avec le roi : en échange du report de sa condamnation, il s'engageait à faire chanter des hymnes par le cheval du roi avant un an. Dans la
prison, les autres prisonniers lui dirent qu'il était fou, qu'un cheval ne pouvait pas chanter, et encore moins des hymnes, etc. Le prisonnier leur répliqua que d'une part il avait gagné un an,
et que dans un an, qui sait ? Le roi serait mort ? Lui-même serait mort ? Et, on ne sait jamais, ce cheval pourrait apprendre à chanter après tout...


Les gaz de schiste font exactement cela : acheter cinq ans d'indépendance énergétique aux USA. Après, les gens sérieux savent qu'il y a le Bakken, l'Alberta, et qu'on finira par mettre la main
sur Pemex. Et après ? Les chevaux se mettront à chanter ?


L'espèce humaine n'a jamais fait que cela : sauter à travers le torrent de pierre en pierre en espérant qu'il y en aura une autre après celle-ci.

Philippe 06/01/2013 23:53


Je suis ingénieur pétrolier de 59 ans, et je n'en ai, moi-même, entendu parler, pour la première fois, qu'au début de l'année 2008. Jusqu'à cette époque, seules de petites sociétés
s'intéressaient au sujet. Ce n'est qu'à l'occasion de l'arrivée des suceurs de roue - les multinationales - que le sujet a vraiment décollé.


Question subsidiaire : où est passé Minitax, dont les outrances écrites avaient l'heur de me réjouir ? 

Aerobar Films 07/01/2013 22:15



Il ne doit pas y avoir de wifi là où il s'est réfugié pour éviter la fin du monde ?