Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 07:00
AEO2009 - prices
C'est le Ministère de l'Energie (DoE) américain qui le dit lui-même, au travers de son dernier Annual Energy Outlook (AEO) : le Plateau Ondulé (Undulating Plateau ou UP) est proche.

EIA-IEO-2002---prices.jpgIl se permet d'ailleurs des prévisions de prix assez vastes, qui permet à chacun de voir midi à sa porte. Ce qui est nouveau dans le discours, c'est que le DoE reconnaît que les prix peuvent monter rapidement à nouveau très haut - mais qu'ils peuvent aussi redescendre à $50, voire en-dessous.

En tout cas, nous sommes loin des prophéties low-price qui se voulaient auto-réalisatrices d'il y a quelques années, comme le rappelle le graphe ci-contre, datant de l'édition 2002 de l'AEO - qui à l'époque s'appelait IEO, I pour International ; le A signifie aujourd'hui Annual, mais pourrait faire référence à American...

En quelques années, nous sommes passés d'une prévision de prix resserrée dans la fourchette $15-30 à un grand écart $50-200 ! Autrment dit, messieurs les investisseurs et les économistes, tout ce qu'on peut vous dire, c'est que le pétrole à (très) bas prix c'est fini, et par contre vous n'avez pas fini d'entendre parler de volatilité.

Un baril à $50 est-il envisageable à court terme ? Etonnamment oui, car malgré l'approche de ce fameux pic que l'administration Obama ne veut pas encore nommer, la crise économique mine la consommation et le moral des spéculateurs, qui préfèrent aujourd'hui manipuler les cours des devises que ceux des matières premières.

Mais à terme, on voit bien en filigrane de l'AEO qu'USA et OPEP (en anglais OPEC) se rejoignent sur le fait qu'il faut un pétrole cher pour rentabiliser les nouveaux projets. Les $50 ne sera qu'une incursion, peut-être la dernière avant une reprise en mains des mécanismes de fixation des prix par ce que nous pourrions appeler l'USAPEC (USA+OPEC).
UP-roadsign.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

energy_isere 01/04/2010 09:45



la derniére fois que le Dow Jones était sous les 8000 points, le baril était à 50 $.


  Reviens aux datas de avril-mai 2009.


Corrélation n' est pas causalité, mais l' origine était une cause commune : la crise.


.


Ma clause suspensive va donc dans le sens d' éliminer l' aléa crise de ma prise de pari.



Aerobar Films 01/04/2010 12:29



En gros, tu te protèges d'un aléa exceptionnel qui a donc peu de chances de se reproduire dans l'immédiat. Pas étonnant que phyvette accepte sans sourciller cette clause suspensive, l'histoire
ayant peu tendance à se répéter.



phyvette 31/03/2010 22:11



OK Energy les deux conditions suspensives sont acceptées. Si l'une ou l'autre été remplies le paris serait annulé purement et simplement.Étant plus ou moins contradictoire avec un bbl à
50$, nous risquons peu.


D'autre part, nous ne connaissons pas Grenoble, et c'est bien dommage. De plus il faut bien utiliser notre nouveau lot de bagages durement gagné.



energy_isere 31/03/2010 20:45



Phyvette dit :


phyvette 30/03/2010 23:48



Au moins ne pourra on pas leur faire le reproche de partir en train et de revenir en avion, comme le fit Chantal.


A propos de torchères, saviez vous comme me la confié notre grand penseur, que 40% du gaz extrait de Russie est brûler de la sorte en pure perte ?


Supprimer deux fuseaux horaires pour rapprocher la capital de l'Orient, seul des Russes pouvaient y penser, Mr Krolik aurait sûrement un avis circonstancier pour l'occasion.


Enfin, perdre deux heures ce n'est rien, pour peu qu'on ait la chance de les passer avec E2100 et une entrecôte au Roquefort saignante.


Vivement le 12 Mars...







Aerobar Films 31/03/2010 07:33



Pour le gaz torché en Russie, ce fut le cas, mais je ne suis plus sûr que ce le soit encore. Avec un prix du gaz indexé sur le baril (contrat standard Gazprom) et un baril à $80, ce serait
dommage de brûler des billets verts aussi vite.



energy_isere 30/03/2010 22:12



Le prochain gros rendez vous climatique aprés l' hivernal Copenhague, sera justement à Cancun.


Pas besoin de doudoune. Mais encore plus de CO2 émis par avion de nos Borloo , Jouano, Duflot .....