Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 17:22

Nous quittons complètement la thématique de ce blog pour soumettre à nos derniers lecteurs une inférence amusante qui nous a traversé l'esprit à l'un de nos derniers réveils.

trio-de-l-etrange---aerobar.jpgPourquoi rêvons-nous ?

Il y a des questions assez fondamentales comme celle-là qui, à première vue, ne sont toujours pas vraiment résolues par les femmes et les hommes de science.

Il y a plusieurs théories, mais aucune ne paraît supérieure aux autres : l'homme de la rue se souvient surtout de celle de Freud car elle présente nos rêves comme de fabuleux films pornographiques cryptés symboliquement par notre conscience. Dans ses ouvrages, notre cher Sigmund donne des illustrations qui semblent édifiantes, mais en pratique beaucoup de nos rêves semblent trop terre-à-terre pour être l'incarnation de nos désirs les plus inassouvis.

Repartons des fondamentaux.

Un premier point intéressant : nous rêvons en fin de nuit ou, plus généralement, en fin de cyle de sommeil : bref, nous rêvons quand nous sommes reposés. Le rêve ne paraît donc pas être un outil de purge intellectuelle, sinon il aurait plutôt tendance à se produire en début de cycle.

Deuxième constat : quand nous rêvons, nous sommes dans un état de conscience intermédiaire où nous sommes capables d'interagir avec notre environnement et de prendre des décisions, mais comme si nous étions engourdis. On a presque parfois le sentiment d'être un simple observateur, même si tôt ou tard le contexte du rêve nous oblige à réagir. Nos réactions sont lentes, souvent très primaires : un vrai zombie.

Cet état s'explique notamment par le fait que notre cortex préfrontal, cette partie du cerveau qui est le sège des fonctions cognitives supérieures, est toujours en sommeil. Il vaut mieux, car sa consommation énergétique est démentielle : si nous mettons 15-20 ans à atteindre notre taille adulte, c'est à cause de ce cortex préfrontal qui détourne jusqu'à 20% de l'énergie totale du corps pour fonctionner.

Mais une fois les faits posés, comment expliquer qu'il y ait quelque chose plutôt que rien ? Pourquoi cette immersion de notre côté zombie dans des lieux et des situations oniriques allant du grotesque à l'effrayant en passant par le banal du quotidien ?

C'est là où appeler Darwin plutôt que Freud à notre secours peut nous aider : quel avantage évolutif l'Homme - et d'autres mammifères d'ailleurs qui rêvent également - tire-t-il du rêve ?

Notre percée conceptuelle est la suivante : le rêve est un outil de simulation qui sert à améliorer par apprentissage l'efficacité de notre "mode zombie", autrement dit la somme de nos réflexes conditionnés, en le confrontant à des scénarios construits un peu au hasard à partir de nos souvenirs récents et lointains à la fois, de nos désirs, voire d'éléments imaginés pour l'occasion.

L'intérêt évolutif de ce dispositif est évident : plutôt que de vérifier la pertinence de nos condtionnements in real life, avec tous les dangers que cela peut comporter, le rêve permet de tester et d'affiner  la façon dont chacun d'entre nous réagit face à l'imprévu en toute sécurité, bien au chaud sous la couette, baigné dans un monde virtuel toujours renouvelé. Pour l'homme préhistorique, affiner ainsi ses techniques échappatoires face aux grands prédateurs était plus qu'un avantage, c'était une condition de survie.

Pour l'homme moderne, il s'agit moins de survie que d'adaptation au système social : qui n'a jamais fait ce cauchemar où on se retrouve plus ou moins dévêtu(e) au milieu d'ne noble assemblée ? Cette situation extrême permet d'une part de se convaincre qu'il faut toujours se regarder dans une glace avant de franchir la porte le matin, mais aussi de savoir déployer des trésors de furtivité pour éviter l'exposition maximale.

Cela explique également pourquoi nous aimons tant cinéma, télévision et jeux vidéo : ils recréent les conditions même du rêve. Le cerveau éteint aussitôt le cortex préfrontal - sauf si vous êtes un critique de film ou un parent qui découvre, horrifié, la dernière version de GTA qui a été offerte à votre petite dernière - et laisse filer la simulation.

Quand Sigmund rêvait d'une alléchante Walkyrie en petite tenue, il croyait que cela signifait qu'il avait énormément envie de faire crac-crac avec elle : pas besoin de rêve pour cela ! Le but du songe était en fait de tester la capacité de ses réflexes conditionnés à rester civilisé et ne pas lui sauter dessus. S'il l'a fait dans son rêve malgré toute sa bonne éducation autrichienne, il a dû se sentir tout honteux en se réveillant - surtout si les draps s'en sont souvenus, comme dit la chanson -ce qui a renforcé le réflexe conditionné "tiens-toi tranquille Sigmund". Un deuxième rève du même acabit a permis ensuite de vérifier la force de l'apprentissage.

La prochaine fois que vous émergerez d'un rêve, posez-vous la question : en quoi ce rêve a-t-il permis d'améliorer mes rélfexes conditonnés ?

 

Illustration tirée du Trio de l'Etrange (Roger Leloup 1972, Dupuis)

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Notre vie à nous
commenter cet article

commentaires

phyvette 05/10/2014 16:28


Ce billet est a dormir debout.

phyvette 05/10/2014 16:27


Heu paticiper, pardon !


Je ne rêve pas en couleurs, je ne rêve pas en noir, je ne rêve pas, je n'ai pas le temps !


 


En plus, je n'ai rien compris à ce billet.

Env2100 04/10/2014 23:10


Trop facile. Explorons les diverses pistes gentiment proposées par notre hôte @Aerobar.


quote :"nous rêvons quand nous sommes reposés". Mmm, je crains que non : il semble
admis (dans les milieux motorisés) que la phase de sommeil paradoxal intervient de façon systématique à chaque cycle de sommeil, soit toutes les deux heures environ.

quote : "comme si nous étions engourdis". Certes. La plupart du temps,
pendant notre sommeil, nous *sommes* engourdis, donc rien à voir avec le rêve, qui ne concerne qu'un brève partie du sommeil.


quote : "appeler Darwin plutôt que Freud" : je ne peux que plussoir. Darwin a dit essentiellement de
bonnes choses, Freud plutôt l'inverse.


quote : "le rêve est un outil de simulation". Mmm, je crains que cette hypothèse, déjà ancienne, ne
soit qu'une hypothèse, qui fait peu de cas du travail déjà réalisé sur le cerveau humain actuel. Quand on a 500 millions d'années d'expérience, on ne fait pas de simulations, Môssieu Aérobar, on
arrive direct à la solution, point barre. De plus, si cette hypothèse était crédible, on la constaterait autant dans le domaine physique (amélioration des gestes techniques du corps) que mental,
ce qui n'est pas le cas.


L'homme a une tendance sytématique à tout interpréter, envisager, expliquer, selon
une maxime définitive : seuls les paranoïaques survivent. Cette obsession de l'explication, de la justification, nous mène à toutes sortes d'hypothèses plus créatives les unes que les autres,
mais parfois très éloignées de la réalité.


Le cerveau humain a, comme toutes les machines capables de travail cognitif, deux modes de travail : le temps réel, et le traitement par lots. La nature a inventé cela il y a beau temps, et je
suis prêt à parier que les dinosaures rêvaient. Les rêves en sont une simple conséquence. 


Je n'en dis pas plus, les autres lecteurs aussi doivent pouvoir participer.


 

Aerobar Films 04/10/2014 23:41



Devant tant de critiques gratuites, je reste songeur