Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 12:56

Quand le prix à la pompe atteindra-t-il le seuil hautement psychologique des 2 euros le litre ? Les paris sont déjà ouverts, et pour l'instant deux positions se dégagent.

http://www.oleocene.org/phpBB3/download/file.php?id=505La première se contente de prolonger les droites, en bon terraplatiste, et estime que si le rythme actuel se poursuit et toutes choses étant égales par ailleurs - deux hypothèses très discutables en matière de futurologie - on devrait voir le prix du litre d'essence entre le printemps 2012 et le début de l'hiver 2014.

L'autre position déclare ce phénomène presque impossible, arguant que nous sommes à la veille du Deuxième Plongeon.

On l'aura compris, nous doutons de la réalité de cette évaluation de la situation : les indicateurs économiques ne sont pas extraordinaires mais nous n'avons pas de réacteur financier en fusion comme ce fut le cas en 2007, quand éclata la bulle des subprime.Les USA voient leur chômage se résorber, les BRICS poursuivent leur croissance effrénée et même l'Europe ne s'en sort pas trop mal.

Par contre, même notre cher voisin le dit : le pétrole plafonne, et comme les Asiatiques et les Brésiliens continuent de s'équiper en bagnoles et en avions, il va bien falloir qu'à un moment ou un autre la loi de l'offre et de la demande s'applique.

On nous opposera que les arbres ne grimpent pas jusqu'au ciel et que les automobilistes ne pourront pas payer indéfiniment plus cher leur Sainte Huile. Certes, mais où est la limite ? Là encore, un peu d'histoire économique peut se révéler utile.

prix-pompe-2011.03.png

 Cette nouvelle version de notre graphe est complété d'une extrapolation du prix du SP 95 réaliée en utilisant le prix de l'essence ordinaire comme pivot. EDIT 2012 : une version plus à jour de ce graphe, en données hebodmadaires, est disponible ici.

On voit donc que, si le gazole est près de son coût record d'il y a trente ans, l'essence dispose encore de belles marges de manoeuvre. A 2 €/l, elle coûterait 13 minutes de SMIC le litre, ce qui correspond aux niveaux hauts de 1983. Que vous le vouliez ou non, un jour ou l'autre vous y viendrez.

Quant au gazole, cela ne va pas faire l'affaire des véhicules professionnels, qui fonctionnent tous à ce carburant. Est-ce là l'équation économique sur laquelle compte le véhicule électrique ? Difficile d'être catégorique, mais une chose est sûre : à moyen terme, farewell Diesel...

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Au Pays de l'Or Noir
commenter cet article

commentaires

sherpa421 18/04/2011 15:12



En 1986 le SMIC c'était le salaire minimum, le nombre d'heures travaillés était plus importante. Aujourd'hui, c'est de plus en plus dificile d'avoir un emploie à temps complet et sur toute
l'année.


Ce graphique est interessant, mais il serait encore plus interessant d'avoir un prix du litre exprimé en fraction du revenu mensuel provenant du travail et des prestations sociales.



phyvette 11/04/2011 18:37



E2100 "Pour tout dire, je pense que le referendum islandais sera un vrai test en la matière. Amusant, non ?"


 


60% pour le NON. Amusant, ou pas ? 



Aerobar Films 11/04/2011 22:15



Du prix de l'essence à la pompe au référendum islandais en moins de 20 lignes... Nos lecteurs ont du talent, ou alors ils écoutent trop BFM ;-)



Guillaume 11/04/2011 10:09



"nous n'avons pas de réacteur financier en fusion"


Nous avons tout de même une belle bulle immobilière, 3 pays europpéens déclarés plus ou moins en faillite, et bien d'autres (et pas des plus petits) qui attendent leur tour...



Aerobar Films 11/04/2011 22:21



Tout n'est pas rose, mais tout le monde continue à peu près à vivre comme il y a quelques années, voire beaucoup mieux dans les pays émergents. Crisis ? What Crisis ?



Environnement2100 10/04/2011 17:53



Les lobbies financiers se sont comportés, pour le prix du pétrole, comme les cigarettiers pour le cancer du poumon. 1) Ca n'a rien à voir, puis 2) Ca a peut-être à voir, mais vous ne pouvez pas
le prouver, puis 3) Ca a à voir, mais très peu, puis 4) Ca a à voir, mais nous ne sommes pas responsables, et enfin 5) Nous sommes d'accord pour une transaction.


Donc dans un premier temps, nous avons eu 1) L'enchérissement des prix du pétrole n'a rien à voir avec la spéculation, d'ailleurs l'enquête le prouve (une enquête de qui ? des autorités
boursières, pas folle la guêpe). Puis 2) l'interdiction de la speculation serait mauvaise pour tous, puis 3) la taxation de la spéculation n'est pas crédible. Aux dernières nouvelles, les états
sont toujours en peine de trouver une solution qui "cappe" la spéculation sans pour autant l'interdire. Le côté artificiel du prix du pétrole (et des matières premières en général) n'est pas
suffisamment pénalisant pour les pays occidentaux pour qu'on s'y attaque réellement ; car si les ménages pauvres payent la note, d'autres, en Occident, en bénéficient ; n'oublions pas que la
majorité de la facture pétrolière retourne en Occident d'une façon ou d'une autre.


Cela dit, il n'est pas exclu que les Etats Européens allègent la taxation aux alentours de 1€80, laissant aux consommateurs Etatsuniens le soin de se rebeller, non pas contre l'OPEP, mais bien
contre leurs propres spéculateurs. Il n'est donc pas exclu que le seuil de 2€, soit 0.60€ HT, ou 0.81USD/l, ou encore 3.14 USD/gallon, fasse l'objet d'une "résistance", comme disent les
boursiers. Cela dit, vu la faiblesse actuelle des pouvoirs politiques occidentaux face à leurs lobbies financiers, je n'en jurerais pas. Pour tout dire, je pense que le referendum islandais sera
un vrai test en la matière. Amusant, non ?