Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 17:42

http://www.scifi-universe.com/upload/medias/bd/asterix_devin_couv.jpgPour changer de nos distractions potaches, nous sommes allés un peu traîner dans cette partie de la cyber-sphère où on refait le monde et où on pense même anticiper comme il va se faire et se défaire.

Ces exercices parfois remarquablement documentés et réfléchis de futurologie donnent souvent envie de se laisser convaincre, tant la démonstration est sans appel. Mais l'humanité n'a pas attendu le Web 2.0 pour faire de la prospective, en fait depuis que l'homme sait écrire il a envie de prendre le contrôle de son destin en le rédigeant lui-même.

Ce qui est finalement assez étonnant dans toute cette littérature accumulée depuis des sicèles, c'est que finalement absolument personne n'a su prévoir ce qu'allait être effectivement le futur de ses descendants, même proches.

On nous ressort souvent les capacités visionnaires de Jules Verne qui a anticipé le sous-marin, la télévision, l'A380, etc. Tous ceux et celles qui l'ont lu peuvent néanmoins témoigner qu'il s'agit non pas d'une vision de notre monde actuel mais bien de celle d'un XIXe siècle perturbé par des objets techniques incongrus dans l'époque.

Plus généralement, nous cherchons toujours un texte d'au moins quelques pages qui ait été écrit il y a 50 ans ou plus et qui décrive notre quotidien suffisamment bien pour qu'on le confonde avec un écrit contemporain, une fois le style et éventuellement quelques appellations mises au gout du jour : difficile d'inventer le mot "iPad" en 1960, mais par contre il était possible d'imaginer le concept de tablette tactile.

La conséquence de ce constat est la justification du syndrome qui frappa Cassandre - elle pouvait voir l'avenir mais personne ne la croyait - justement parce qu'il est impossible pour un mortel de prédire l'avenir, même s'il se barde de prolongateurs de tendances, de think tanks, de modèles psycho-historiques et autres fadaises.

Une application shadokienne de cette conjecture vous permettra de retrouver de l'optimisme : si l'avenir de notre société vous fait peur, prenez votre plus beau clavier et décrivez-le en détail à un endroit où il pourra être lu - en commenaire de ce billet par exemple, mais en fait à peu près n'importe où sur la cyber-sphère : la loi de la Prophétie Antiréalisatrice que nous venons d'exposer fait que, précisément parce qu'elle est désormais publiée, votre projection du futur de l'humanité ne pourra plus avoir lieu.

Evidemment, il faut que la prédiction soit assez lointaine et concerne une part significative de l'humanité : un pronostic sur votre situation familiale en 2012 risque de s'avérer, par contre l'état réel de la France telle qu'elle sera en 2050 reste absolument inaccessible, même aux plus grands crânes d'oeuf de l'Hexagone.

Par contre, évitez de trop coucher noir sur blanc vos secrets espoirs de surlendemains qui chantent...

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
<br /> <br /> "Plus généralement, nous cherchons toujours un texte d'au moins quelques pages qui ait été écrit il y a 50 ans ou plus..."<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Ne cherchez plus Aerobar :<br /> <br /> <br /> En 1934, P. Otlet imagine dans un texte prémonitoire ce que sera Internet : « Ici, la table de travail ne serait plus chargée d’aucun livre. À leur place se dresse un écran et à portée un téléphone. Là-bas au loin, dans un<br /> édifice immense, sont tous les livres et tous les renseignements… De là, on fait apparaître sur l’écran la page à lire pour connaître la réponse aux questions posées par téléphone, avec ou sans<br /> fil. (…) Utopie aujourd’hui, parce qu’elle n’existe encore nulle part, mais elle pourrait bien devenir la réalité pourvu que se perfectionnent encore nos méthodes et notre<br /> instrumentation. »<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> http://www.scienceshumaines.com/paul-otlet--1868-1944--il-avait-reve-internet_fr_21257.html<br /> <br /> <br /> « Bientôt, la télévision sera un problème essentiellement résolu, comme il l'est déjà scientifiquement; l'image se reproduit à distance, sans fil. On peut imaginer le télescope électrique<br /> permettant de lire chez soi des livres exposés dans la salle « teleg » des grandes bibliothèques, aux pages demandées d'avance. Ce livre sera « téléphoté ».<br /> « La table de travail ne sera plus chargée d'aucun livre. À leur place se dresse un écran et à portée un téléphone. Là-bas, au loin, dans un édifice<br /> immense, sont tous les livres et tous les renseignements... De là on fait apparaître sur l'écran la page à lire pour connaître la réponse aux questions posés par téléphone, avec ou sans<br /> fil. Un écran serait double, quadruple ou décuple s'il s'agissait de multiplier les textes et les documents à confronter simultanément; il y aurait un haut-parleur si la vue devait être aidée par<br /> une donnée ouïe, si la vision devait être complétée par une audition. Utopie aujourd'hui, parce qu'elle n'existe encore nulle part, mais elle pourrait bien devenir la réalité pourvu que se<br /> perfectionne encore nos méthodes et notre instrumentation. Et ce perfectionnement pourrait aller jusqu'à rendre automatique l'appel des documents sur l'écran, automatique aussi la projection<br /> consécutive. »<br /> « Sous nos yeux est en train de se constituer une immense machinerie pour le travail intellectuel. Elle se constitue par la combinaison des différentes machines existantes, dont les liaisons<br /> nécessaires s'entrevoient. Cette machinerie constituerait un véritable cerveau mécanique et collectif...Il y a lieu de former pour chaque branche des sciences et des activités un système de<br /> publication universelle, condensant l'ensemble des données fragmentaires et individuelles, et tenu constamment à jour. Ce Réseau, de quelque manière que ce soit, doit relier les aux autres les<br /> centres producteurs, distributeurs, utilisateurs, de toute spécialisation et de tout lieu. Il s'agit pratiquement, que tout producteur ayant quelque donnée à faire connaître, quelque proposition<br /> à présenter ou à défendre, toute personne enfin puisse au moindre effort et avec un maximum de sûreté et d'abondance, entrer en possession de ce qui lui est offert.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Paul Otlet, Traité de documentation, le livre sur le livre, 1934. Cité par Françoise Levie, in L'homme qui voulait classer le monde. Paul Otlet et le mundaneum, Les impressions<br /> nouvelles, 2006.<br /> <br /> <br /> http://lib.ugent.be/fulltxt/handle/1854/5612/Traite_de_documentation_ocr.pdf<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> oui,mais c'est juste une prévision technique, aucun d'entre eux n'a prévu Hadopi, Claire Chazal ou les Mystères de l'Ouest. C'est pourtant ça, la vraie télé !<br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> <br /> Lancons nous.<br /> <br /> <br /> Et effectivement ma prédiction s' applique à 100 % de l' humanité du pays le plus riche au pays le plus pauvre.<br /> <br /> <br /> Voici : environ 2.5 milliards d' étres humains devraient mourir, oui, j' ai dit mourir d'ici à 2050.<br /> <br /> <br /> (60 millions de décés par an)<br /> <br /> <br /> Et encore, si on pas une 3 iéme guerre mondiale absolument atomique vidant le stock de missiles intercontinentaux ou une guerre bactériologique de grande envergure.<br /> <br /> <br /> 1 personnes sur 3 de vos connaissance, famille, collégue, amis , vont ainsi disparaitre.<br /> <br /> <br /> Ou bien vous méme. Moi méme avec de grande probabilité.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> oui mais cela c'est juste une indication chiffrée, cela ne dit pas dans quelle société ces gens ont vécu leur dernière heure.<br /> <br /> <br /> En climatologie, les scientifiques font à peu près la même chose : il nous prévoit +2°C d'ici quelques décennies. Et alors ? Comment la société civile s'est-elle organisée entretemps ? Y a-t-il<br /> effectivement des réfugiés climatiques ?<br /> <br /> <br /> <br />
J
<br /> <br /> Les vrais prophéties sont toujours dans la littérature (ou lits et ratures si vous préférez), et pas dans la SF, bien évidemment, qu'y a t'il de plus chiant que la SF ? Les SAS ou harlequins<br /> peut-être.<br /> <br /> <br /> Comme par exemple :<br /> <br /> <br /> Mouvement<br /> <br /> <br /> Le mouvement de lacet sur la berge des chutes du fleuve,<br /> Le gouffre à l'étambot,<br /> La célérité de la rampe,<br /> L'énorme passade du courant,<br /> Mènent par les lumières inouïes<br /> Et la nouveauté chimique<br /> Les voyageurs entourés des trombes du val<br /> Et du strom.<br /> <br /> Ce sont les conquérants du monde<br /> Cherchant la fortune chimique personnelle ;<br /> Le sport et le confort voyagent avec eux ;<br /> Ils emmènent l'éducation<br /> Des races, des classes et des bêtes, sur ce vaisseau.<br /> Repos et vertige<br /> A la lumière diluvienne,<br /> Aux terribles soirs d'étude.<br /> <br /> Car de la causerie parmi les appareils, le sang, les fleurs, le feu, les bijoux,<br /> Des comptes agités à ce bord fuyard,<br /> - On voit, roulant comme une digue au-delà de la route hydraulique motrice,<br /> Monstrueux, s'éclairant sans fin, - leur stock d'études ;<br /> Eux chassés dans l'extase harmonique,<br /> Et l'héroïsme de la découverte.<br /> Aux accidents atmosphériques les plus surprenants,<br /> Un couple de jeunesse s'isole sur l'arche,<br /> - Est-ce ancienne sauvagerie qu'on pardonne ? -<br /> Et chante et se poste.<br /> <br /> <br /> AR<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre