Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 22:01

La baisse se confirme !

Prix-du-baril-en-euro-et-en-dollar---2014.09.pngLe recul est généralisé dans quasiment toutes les monnaies fortes, y compris le yen qui n'apparaît pas sur ce graphe. Cela faisait 2 ans que le baril de Brent n'avait pas tutoyé le plancher des 100 dollars en moyenne mensuelle.

Il est facile de jouer le Dr. Doom, mais la probabilité est hélas forte que nous avons là un indicateur d'arrivée de la Deuxième Lame, celle qui coupe la croissance que la première avait artificiellement tirée. Les BRICs n'existent plus, ces pays émergents ont désormais des dynamiques économiques et politiques très différentes voire antagonistes. Seuls les USA se maintiennent à peu près hors de l'eau.

A la différence de la Première Lame, les tensions politiques et sociales sont désormais très fortes en de nombreux endroits de la planète. Tandis que la plupart des acteurs économiques se désolent de lendemains désenchantés, les marchands d'armes peuvent se frotter discrètement les mains. Il est étonnant que la Doomsday Clock reste bloquée sur 23:55 : à vue de (notre) nez, il est bientôt minuit.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Indicateurs
commenter cet article

commentaires

phyvette 06/10/2014 13:04


Aerobar, souhaiteriez vous vendre votre plan "B" Normand en viager ?

phyvette 05/10/2014 16:45


Mais très cher E2100, vous que j'admire comme peu de mes congénéres, il me faut vous preciser que la décroissance n'est pas un choix, c'est une contrainte, qui s'impose à nous, de gré ou de
force, comme a tout organisme vivant soumis à la loi Lotka-Volterra.


 


A propos de votre papier sur la mort du capitalisme, je vous conseil de regarder le premier documentaire de la soirée "Théma" sur Arte de mardi prochain. si toutefois vous faites une escale à
Paris entre deux avions, ou si la grève ou un volcan Islandais cloue les avions au sol.


 


Et un bon conseil, si au cours de votre voyage en Egypte vous croisez un homme en noir portant cagoule et cimeterre, prenez vite vos jambes à votre coup...

Aerobar Films 05/10/2014 22:46



Quant à moi, je passe par Dubai demain après-midi après un survol de la Syrie et de l'Irak


Il faut savoir vivre dangereusement !



Env2100 04/10/2014 13:18


@ Aerobar : Homère aurait dit que nous avons tout brûlé, jusqu'à nos vaisseaux.


@ Phyvette : Comme vous le savez mon cher Phyvette, je ne crois pas à la décroissance. On ne décrète pas de se couper un bras. Seuls les Chinois, grâce à une tradition séculaire d'obéissance aux
folies de l'Empereur, ont tenté et réussi une opération dans ce domaine, avec la politique de l'enfant unique - ils vont la payer très cher dans les décennies qui viennent. Nous (OCDE) sommes
incapables d'en faire autant. Nous allons donc laisser les choses empirer jusqu'à ce qu'elles cassent.


Depuis que j'ai compris que nous ne ferons rien, j'ai cessé de m'en préoccuper : est-il utile de se préoccuper de sa propre mort à chaque instant ? Et j'ai recommencé à prendre l'avion. Je rentre
d'Ouzbékistan, je pars demain en Egypte, je prépare mon voyage aux Philippines - vivons heureux en attendant la mort. Ca ne m'empêche pas d'écrire un mot de temps en temps sur la mort du capitalisme.

phyvette 04/10/2014 00:47


Nom d'un chien que de sinistrose, non mais allo qui, vous êtes tout les deux bons a aller poster sur le forum Oduvaï.


Alors le pic joyeux et rigolard c'est fini, c'est le temps du renoncement, de l'acceptation, de la resignation morbide.


 


Aller que diable, brisez vos chaînes soyez décroissant, soignez votre hernie fiscale en banissant le surtravail, devenez freegans. optez pour la semaine de deux jours et les week-end de
cinq. 


 


Il y a des solutions, des remédes à la fiévre acheteuse ; l'objection de croissance.


Rendez vous inutile et inefficace au fonctionnement actuel de l'économie. Ne tentez pas de réparer ce qui s'écroule, mais accompagnez le mouvement en douceur.


 


La simplicité volontaire et choisie est une belle chose a inventer et pleine de promesses.

Aerobar Films 04/10/2014 11:06



On peut être épicurien du travail, si celui-ci est intéressant et ne dégarde pas la santé. Il faut certes ménager des plages de non-activité comme week-end ou vacances mais pas uniquement pour le
repos : le rôle social de ces moments est essentiel. C'est quelque chose qu'on a oublié en Europe avec les jours fériés religieux qui ne sont plus aujourd'hui vus que comme des piles de ponts.


Après, qu'on soit chez soi un sur un lieu de travail quelconque, il est difficile d'oublier le monde qui nous entoure et que la technologie a réduit. Une solution, pronée par Barjavel dans
Ravage, serait d'abandonner toute technique dans la société pour accroître à nouveau démesurément les distances et ne même plus avoir conscience de ce qui se passe à quelques jours de
cheval de là où on est.



Env2100 03/10/2014 01:33


Il n'y a guère de doute sur l'évolution du monde. 


Pour moi la raison essentielle, profonde et inamovible de nos malheurs à venir est notre incapacité à nous entendre (l'humanité prise collectivement) sur le très long terme. Aucun d'entre nous ne
sait réfléchir sur de telles échéances, aucun groupe humain de plus de 300 personnes n'a de capacité intellectuelle collective suffisante. Les solutions sont connues et faciles ; nous les
ignorerons jusqu'au bout. Ce n'est pas un cataclysme, une punition divine ou des impossibilités mathématiques : c'est notre seule bêtise collective qui est en cause, notre incapacité à prendre
les bonnes décisions.


La civilisation telle que nous la connaissons dans l'OCDE, c'est-à-dire basée sur une grande diversité, un gaspillage ahurissant de ressources et d'efforts, et une très grande incompréhension de
la réalité, commencera à disparaître avant la fin du siècle, à des vitesses évidemment différentes selon les lieux. A la vérité, elle n'avait jamais atteint plus de la moitié de la population.


Il n'y a aucun espoir.

Aerobar Films 04/10/2014 11:00



oui, c'est une extinction au sens propre du terme : le feu s'éteint après avoir brûlé tout combustible à sa portée. Les historiens du futur nommeront peut-être la période 1850-2050 "la Flambée
Occidentale" ou "le Feu de Paille Industriel"