Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 07:00
Alors que s'achève la conférence de Legoland Copenhague, quelques élucubrations conspirationnelles viennent à se collisionner dans nos circonvolutions cérébrales.

Quelle lecture ferait un extra-terrestre de la situation ? Comme procédé littéraire, on ne peut plus, en effet, utiliser le sauvage des Lumières, vu qu'il s'appelle désormais "représentant d'un pays émergent" et qu'il fait partie du jeu.

Tentons une réécriture des dernières pages d'histoire : en 1992, c'est le fameux Sommet de Rio. Deux auparavant , le Président George Bush père a prononcé son fameux discours où il a employé l'expression du "nouvel ordre mondial" : les Etats-Unis se déclarent maîtres de la planète et ce n'est bien évidemment pas au goût de tout le monde. Le concept de développement durable ne peut alors que rallier une d'abord timide opposition à l'Oncle Sam, puisqu'il s'oppose à l'American Way of Life dès qu'on y réfléchit un peu, sans pour autant paraître trop agressif au premier abord.

Très bon concept, mais comment aller plus loin ? Sur ces entrefaites, les anciens maîtres du monde,  les Européens, tombent sur un papier scientifique qui n'intéresse alors que 3,7 personnes dans le monde : les conséquences à long terme des émissions de gaz industriels sur le climat.

"Dis donc, y a peut-être quelque chose à tirer de cela..."
se disent quelques diplomates.

"On a là une question dont la résolution ne peut passer que par une gouvernance mondiale, et sur lequel les Etats-Unis sont assez passifs. Prenons l'initiative ! Construisons de nouvelles institutions internationales qui, sous prétexte de prendre le climat sous contrôle, nous permettront d'améliorer nos relations économiques et financières avec nos anciennes colonies qui regorgent de ressources naturelles, tout en respectant les beaux traités de l'OMC et tutti quanti ; en plus, dans ce nouveau machin qu'on basera partout sauf à New York, les Etats-Unis ne seront qu'un simple acteur et, en plus, pas avec le beau rôle ! C'est pas beau, ça ?
- Oui, mais qui a entendu parler de... de quoi, déjà ? De l'influence à l'équilibre des gaz à effet de serre sur le climat terrestre ? On ne peut pas mobiliser les foules, et encore moins les chefs d'Etat, avec ça...
- Tu as raison. On va appeler ça "changement climatique", c'est plus court. Et pour nous asseoir sur des bases solides, on va fonder un truc qu'on va appeler le GIEC qui nous fournira un socle scientifique indiscutable. Et pour montrer qu'on ne manipule pas les chiffres, on va fournir à ces scientifiques des données économiques made in USA : on va appeler ça "scénarios d'émissions" et ils seront directement alimentés par les projections macro-économiques des institutions internationales que les USA reconnaissent sans réserve : l'ONU et l'OCDE."

La démarche est un succès : elle prend rapidement l'ampleur mondiale souhaitée par ses pères, et les Etats-Unis se retrouvent, quelques années plus tard, coincés à Kyoto par le reste du monde sur la question même de leur modèle économique, à la manière de Gulliver endormi se réveillant ligoté par des Lilliputiens. Le géant s'énerve et sort en claquant la porte.

climate-check.jpg
Les Démocrates, malins et retors, essaient de récupérer le sujet en douce : Al Gore se découvre d'un coup une véritable passion pour la question, avec le succès que l'on sait. L'enjeu n'est pas de faire un beau film, mais bien que l'Amérique reprenne le thought leadership. Pas de chance, les Républicains lui piquent la Maison-Blanche, et avec eux vient l'époque des méthodes plus expéditives.

"Fucking Europeans !" hurle-t-on à Washington, à l'heure où les Faucons ont pris le pouvoir et se prennent tous pour Patton. "Ils nous ont bien eus, mais pour parler comme l'un d'entre eux qui ne nous aimait pas trop, nous avons perdu une bataille mais pas la guerre...
- OK, mais on fait quoi ?
- Carpet bombing ! Démolissez-moi leur théorie scientifique, sans elle leur position ne sera plus tenable ! Tous ces chercheurs européens qui croient dur comme fer à Darwin ne peuvent pas être des gens sérieux ! Pan sur le GIEC !
- C'est quand même du solide...
- Allez-y comme dans le Pacifique ! Lâchez les sceptiques ! Crédit illimité ! A force de faire des trous, ça finira par casser."


Comme l'avaient prévu les Européens, la bonne science a tenu bon. Etonnamment, personne n'a vu la faille principale du dispositif : non pas la théorie du réchauffement, mais bien la façon catastrophiste dont on estime ses conséquences futures sur l'économie et la vie quotidienne des habitants de la planète. La seule étude un tant soit peu sérieuse est dans le fameux rapport Stern, que tout le monde a pris pour argent comptant - sauf quelques climatologues de renom :
En conclusion : Stern a largement bien utilisé la climatologie, bien qu’il se soit égaré parmi les fourchettes hautes des nombreuses estimations et qu’il les ait prises comme référence dans son résumé. Ce parti pris haut de gamme fait qu’on peut accuser son rapport d’ “alarmisme”
Malheureusement, quand des climatologues osent parler d'économie, on ne les écoute pas. Pourtant, on accepte bien que des économistes parlent de climat...

N'ayant pas suivi avec attention ce qui s'est passé au Danemark, tellement le bruit masquait le signal, il nous faudra attendre quelque temps pour savoir si les Européens ont progressé dans leur quête de pouvoir mondial.

La partie est dure à jouer car les Démocrates subtils sont de retour, avec un Obama plus charismatique que jamais et qui a prévenu les Européens qu'il avait fait son "homework" sur la question.

Se rajoute à cela un imprévu de taille dans le plan initial : l'arrivée de la Chine charbonnière dans la cour des grands, la Chine qui a privilégié la force brute de l'industrie et du commerce pour s'imposer... naturellement.
Partager cet article
Repost0

commentaires

miniTAX 21/12/2009 12:24


Aerobar a écrit : "Tentons une réécriture des dernières pages d'histoire : en 1992, c'est le fameux Sommet de Rio. Deux auparavant , le Président George Bush père a prononcé son fameux discours où
il a employé l'expression du "nouvel ordre mondial" : les Etats-Unis se déclarent maîtres de la planète et ce n'est bien évidemment pas au goût de tout le monde. Le concept de développement durable
ne peut alors que rallier une d'abord timide opposition à l'Oncle Sam, puisqu'il s'oppose à l'American Way of Life dès qu'on y réfléchit un peu, sans pour autant paraître trop agressif au premier
abord."
------------------------------------------------------------------
"Seule une fraction insignifiante de scientifiques nie la crise du réchauffement climatique. Le temps des débats est terminé. La science a tranché." Al Gore en... 1992.
http://www.financialpost.com/story.html?id=c47c1209-233b-412c-b6d1-5c755457a8af#ixzz0a0MsVhlW
Autre exemple (une vrai perle, celui-là), une archive de l'Ina d'une brève du 20 heures qui parle d'un rapport de l'ONU faisant état de disparition possible d'îles à cause du RC avant l'an 2000 et
c'était en ... 1989 ! http://www.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-urbanisme/video/CAB89027040/rechauffement-terre.fr.html
Et enfin, le grand classique Greenhouse Conspiracy qui explique le pourquoi du comment de l'hystérie du RCA, et qui date de ... 1990
http://video.google.com/videoplay?docid=-5949034802461518010#

Donc Aérobar, votre réécriture loufoque de l'histoire serait risible si elle n'était pas aussi pathétique tellement elle reproduit de manière caricaturale les lieux communs de l'intellectualisme
puant à l'européenne : anti-américanisme primaire, anti-capitalisme, romantisme d'un socialisme en faillite réincarné en une nième version en "développement durable", complexe d'infériorité de
losers qui se sont fait sauver 2x par les ricains ...
Pour combler vos lacunes béantes, puis-je vous conseiller un bon livre sur le sujet, comme par ex. celui d'André Legendre ou le tout dernier de Michel Belouve (que je n'ai pas encore lu puisqu'il
est pour l'instant encore sous mon sapin mais qui promet au vu de ses quelques articles sur le net), histoire de vous épargner le ridicule d'anachronismes flagrants la prochaine fois que vous
exposeriez vos théories simplistes sur la genèse de l'arnaque du RC ? A défaut de savoir trier le bon grain de l'ivraie, au moins pourriez-vous alors prétendre que vous vous êtes renseigné un
minimum.


Aerobar Films 21/12/2009 16:28


Quand on veut être désagréable, on se permet au moins d'être factuellement irréprochable, ce qui n'est pas votre cas puisque vous écorchez le prénom de Jean-Michel Belouve, auteur que nous
ne connaissions pas et dont le point de vue mérite approfondissement, même si son fils le compare à Michel
Montignac, dont l'historique publication Maigrir en faisant des repas d'affaires a révolutionné la diététique mondiale. Bon, vous allez me dire, vu que c'est un pseudonyme, la coquille
n'est pas si grave...

Si nous sommes effectivement criticables sur certains détails, c'est parce qu'un blog ne se prétend pas être aussi fiable qu'un livre, il est pour nous juste un endroit où on poste quelques idées
en l'air pour voir si elles retombent bien sur leurs pattes.

Et pour conclure : oui, c'est une réécriture loufoque de l'Histoire, c'est même annoncé en clair dès le début de l'article. Nous n'avons pas la prétention, contrairement à cette personne qui se
fait appeller Belouve, de démontrer que nous sommes plus forts que plusieurs centaines de climatologues et qu'ils se trompent tous.


flessard 18/12/2009 22:53


Fascinant cette mise en abîme des intentions cachées des Grands de ce monde. Je suis tout baba, et je ne peux que mettre mon grain de sel sur cette manip' médiatique qu'en vous proposant le fameux
document CAP N'Trade fait par ceux qui nous avait donné le fameux Story Of Stuff. Vous le trouverez en lien sur mon blog http://deuxsecondes.blogspot.com/2009/12/story-of-stuff-la-suite.html
ou googolez Story of Stuff.
Ils démolisse avec tant de plaisir le Cap N'Trade que je me demandais si Aerobar n'y était pas pour quelque chose dans ce document avec leur cynisme bien aiguisé.


Aerobar Films 19/12/2009 11:47


On aime bien la vidéo, c'est du beau boulot ! Et effectivement, c'est assez notre style... Mais on n'est pas assez talentueux pour faire ça !


Energy_isere 18/12/2009 20:20


L' heure officielle de cloture de Copenhague est passée, nul doute que ca négocie encore dans la nuit.
Mais pour les prises de décisions concrétes sur comment faire il va falloir attendre la prochaine conf climatique à Mexico en Dec 2010.


Aerobar Films 18/12/2009 20:35


Les "négociateurs climatiques" se frottent déjà les mains : un an de plus à pouvoir jouer les sauveurs potentiels de la planète, aux frais de la princesse...

Dans sa chronique sur BFM ce matin, Fiorantino considérait que la montée inexorable des protectionnsimes économiques condamnait d'avance toute démarche transnationale : du G20 à l'OMC en passant
par le climat.


E21OO 18/12/2009 10:57


Intéressant, intéressant... Il est vrai que l'Europe certains pays pays européens ont réussi à reprendre l'initiative dans ce domaine, transformant leurs faiblesses (pas de pétrole, et surtout, peu
d'industrie pétrolière) en force (capacité technique à l'économie d'énergie). Mais la volonté politique de reprendre le leadership manque. De plus, la capacité technique est toujours énorme aux USA
: le lendemain matin du jour où un Président étatsunien ratifie la protocole de Kyoto, leurs industries naissantes écraseront les nôtres. Aux USA, seul un petit bataillon d'industries fossiles, peu
nombreux mais en place depuis longtemps, livre ce combat d'arrière-garde. Les nouveaux pouvoirs (financiers) pensent qu'ils se débrouilleront aussi bien dans une crise climatique. Je pense toujours
que seul le cyclone de Philadelphie changera quelque chose aux USA.
Quand aux réelles conséquences économiques (graves) du RC, il est vrai que personne n'en sait rien ("le futur arrive toujours plus vite que prévu, et dans le désordre", Alvin Toffler) ; il est
vraisemblable qu'elles sont pour post-2030, sauf exceptions telles que la navigation en Arctique, ou certaines maladies. Même la disparition annoncée des abeilles (pourtant autrement plus utiles
que les nounours polaires) est toujours considérée comme absurde - et la raréfation du plancton, numéro un dans une chaîne trophique immense, bien en-dessous des radars. Pour le moment, nous jouons
avec des concepts, et le débat sur notre responsabilité, réelle ou pas, vis-à-vis des générations futures n'est abordé par personne.