Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 07:00

myNitel.jpgApple envisage d'abandonner le préfixe i ("moi"), aujourd'hui utilisé pour dénommer tous ses produits - iMac, iPod, iPhone, iPad - pour my ("mon, ma"). Sans doute est-ce pour reprendre l'initiative face à la floraison d'imitateurs comme l'i-Planet, et pour souligner le caractère hautement personnalisable de ses produits.

Le premier produit qui bénéficiera de cette révolution sémantique ne sera pas le myMac ou le myPad, mais le myNitel, une étonnante tablette graphique en forme de cube.

Ce design très tendance permet d'intégrer l'alimentation dans l'appareil lui-même - finis, les transformateurs qui traînent par terre - ou bien, comme certains le prétendent, de loger une énorme batterie lithium-ion qui fournirait une autonomie de plusieurs mois.

Un clavier amovible permettra aux utilisateurs traditionnels de se passer de l'écran tactile - il est probable qu'Apple veut ainsi renforcer sa pénétration auprès des seniors, plus habitués aux QWERTY/AZERTY qu'au multi-touch.C'est aussi une façon de se positionner sur le segment en plein essor du mini-PC.

Une nouvelle technologie d'écran sera utilisée : fondée sur l'émission d'électrons frappant une dalle phosphorescente, elle permet un affichage beaucoup plus lumineux sans nécessité de rétro-éclairer. L'image gagne en contraste et la diagonale d'écran peut facilement grandir sans que le prix de revient ne la suive au même rythme.

Les panels utilisateur ont montré que les interfaces homme-machine actuelles affichaient aujourd'hui trop vite trop de choses, ce qui était de plus en plus perçu comme une agression sensorielle.  Les chercheurs d'Apple ont donc mis un point un système d'affichage graduel, où images et caractères apparaissent progressivement ; à l'instar des luxueuses berlines allemandes, la vitesse est ainsi bridée à 1200 bps.

Interrogé sur le concept, la Direction de France Telecom doute sérieusement de son potentiel commercial. "On ne verra jamais un truc pareil envahir les foyers français" aurait même prédit Stéphane Richard, Directeur Général du géant des télécommunications.

En réponse au succès de Facebook et pour contrer les opérateurs téléphoniques qui cherchent actuellement à récupérer une partie des marges générées par le  business model de l'iPhone, une nouvelle application nommée Eleven, décrite comme un "extraordinaire réseau social alphabétique", sera fournie gratuitement. Elle serait en permanence accessible à l'utilisateur, même en l'absence de toute connexion Wifi ou 3G, selon une technologie de communication filaire encore top secrète.

Enfin, pour répondre à la demande turgescente du marché, Apple ouvre une brèche dans sa politique anti-porno qui régit aujourd'hui l'AppStore : un second logiciel, myNItel Pink, réservé aux adultes avertis et payant - 49,95 USD soit 36,15 EUR au cours du jour - leur permettra d'accéder à des contenus de charme sur lequel Apple prélèvera une sorte de droit de cuissage financier basé sur le temps de connexion. "C'est absolument n'importe quoi, comment un entrepreneur pourrait-il gagner de l'argent avec un modèle économique pareil ?", aurait commenté Xavier Niel, le patron d'Iliad, la maison-mère de Free.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Ruptures
commenter cet article

commentaires

phyvette 01/04/2010 20:48



Plus décalage que poisson. Dans la même veine et pour l'an prochain, je suggère un article moderne sur le Bi-Bop de France Télécom.



Aerobar Films 01/04/2010 21:06



Impossible, c'est devenu un appareil secret défense : il est tellement démodé que les hackers n'arrivent pas à intercepter les communications.


Résultat : il a remplacé le Blackberry présidentiel pour la transmission des codes de lancement des missiles thermonucléaires de la Force Sous-Marine Stratégique.



E21OO 01/04/2010 08:07



Très joli retour vers le futur - mais vous parlez d'un temps que les moins de 20 ans n'ont pas dans leurs fenêtres - la dernière allusion qui me vienne à l'esprit était celle des Deschiens avec
"36 15 code CloClo", il y a déjà quelques années. On reste
transi en effet en repensant à ce modèle économique ahurissant qui fut très vite victime d'un succès tout aussi ahurissant ; je verse une larme en pensant aux connecteurs RS232 que nous avions
bricolés à la hâte avec deux transistors pour attaquer nos vieux PC cadencés à 4 MHz, première expérience d'un futur qui avait un curieux goût de "faites-le-vous-mêmes" (DIY) plutôt inattendu. Ce
genre de réussite aburde et sans lendemain est-il un cygne bleu à bandes blanches comme une Renault Gordini ?