Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 19:00

Un peu de jargon anglo-saxon pour commencer, de façon à éclairer ce titre énigmatique  :

  • HEV, c'est l'Hybrid Electric Vehicle, le véhicule hybride pour les francophones qui, avec leur bon sens paysan, se doutent bien qu'il y a de l'électricité derrière. Pourtant, on pourrait envisager des hybrides, à base d'air comprimé par exemple.
  • PHEV, c'est le Plug-in Hybrid Electric Vehicule, soit le véhicule hybride rechargeable.

Assistera-t-on à un combat entre EV et (P)HEV ? Sans doute pas, ou du moins pas tout de suite.

En effet, l'EV va se développer dans 6 segments de marché, dont un seul seulement sera également attaqué par les (P)HEV :  

  • course-de-piles.jpgle petit véhicule urbain chic, 2e ou 3e véhicule de bobos destiné au shopping, aux convoyages des enfants éventuels et aux sorties urbaines : Audi MegaCity, e-Mini, e-smart, Nissan Leaf, Renault Zoe...Le client achète avant tout de l'image, à laquelle l'électrique contribue (nouveauté technologique, aspect "vert").
  • la sportive exclusive aux accélérations foudroyantes, dont le prix éhonté justifiera une dotation exceptionnelle en batteries pour afficher une autonomie acceptable : Tesla Roadster, Audi R8 e-Tron,...Le client achète des sensations (les accélérations) et encore de l'image.
  • le véhicule utilitaire de flotte : Renault Kangoo ZE, Citroën Berlingo EV... Le client achète ici un prix de revient kilométrique tout compris : il est gestionnaire de flotte au sein d'une entreprise ou tout simplement artisan.
  • Mention spéciale au véhicule passagers de flotte : c'est le seul segment - celui des taxis et des "voitures de fleuristes" où vont s'affronter des EV comme la Renault Fluence ZE et des HEV comme l'emblématique Toyota Prius ou la récente Opel Ampera qui, avec son "prolongateur d'autonomie", est ce qu'on appelle techniquement un hybride série.
  • le véhicule d'auto-partage, un terme neuf pour finalement désigner ce qu'on appelait "louage" il y a 50 ans et qu'on avait relooké en "location" il y a trente ans : Bolloré BlueCar, Citroen C-Zero / Peugeot Ion.. Le client est ici encore mal connu (la société d'auto-partage type Autolib'), wait and see.
  • la voiturette pour seniors et sans permis : Bolloré BlueCar 2 places, Renault Twizy...Le client achète ici pincipalement du silence, du confort et un certain plaisir de conduite qu'ont du mal à lui offrir les voiturettes thermiques, bruyantes et poussives.

Mis à part le segment particulier du taxi, donc, le positionnement du HEV/PHEV est différent : il s'agit en fait d'une solution élégante pour pouvoir continuer à proposer des véhicules fortement motorisés qui soient conformes aux règlementations anti-pollution. Pourquoi élégantes ? Tout simplement parce que c'est la première fois que les construteurs arrivent ainsi à faire payer au client le surcoût de cette dépollution. Jusqu'à présent, tous les progrès réalisés en matière d'émissions de gaz polluants et de particules l'avaient été fait sans exiger (facialement au moins) que le client paie pour les avoir.

L'hybridation concerne donc tous les véhicules un tant soit peu vavavoum - parce que cette prestation nécessite des moteurs qui consomment - ou bien un tant soit peu imposants - parce qu'il faut de gros moteurs pour déplacer, même paresseusement, les engins de 2 tonnes et plus qui fleurissent de plus en plus sur les routes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Transports futurs
commenter cet article

commentaires

E2100 29/11/2010 00:42



J'ai longtemps considéré le HV comme une idiotie, le marché me donne raison puisqu'il est en cours de disparition. Le PHV n'a jamais eu mes faveurs, puisque par définition il transporte
au moins un moteur inutile à chaque instant. En revanche, il est bien pratique pour accompagner la transition en douceur vers le VE (ou EV si vous préférez mon cher Aerobar) ; psychologiquement
il n'effraie ni les clients, ni les constructeurs, ni les sous-traitants, et il permet d'étudier le marché de plus près tout en testant des options techniques pas tout-à-fait cuites. A la limite
je serais prêt à considérer un PHV avec un diesel de moins de 100 ch (75 kW), après tout, le diesel-électrique a une tradition quasi séculaire en France.


En revanche je crois au VE, mais à condition qu'il invente un peu - le remplacement un pour un, ça me paraît un peu faible. Au siècle dernier il y avait dans les usines des chariots à moteur ; et
puis un jour sont arrivés les transpalettes, qui doivent se vendre en plus grand nombre encore. Le véhicule électrique, dans sa section utilitaire, doit faire le lien entre le transpalette et le
J7 Renault. Il me revient également une conversation sur le tricycle électrique, solution à laquelle je crois beaucoup, et qui peut contribuer à décongestionner les centre-villes, mais aussi les
millions de m² de hangars de stockage bientôt non chauffés que notre commerce globalisé génère à la sortie des villes.


Je crois beaucoup aussi à la voiturette sans permis, qui a maintenant "tout d'une grande" quand on regarde certains modèles.


Enfin je pense que ce qui conditionne la réussite du VE, ce n'est poas tellement sa segmentation fine, c'est plutôt le nombre de prises électriques disponibles en France (c'est pas compliqué, il
en faut 2*35=70 millions), l'intensité max acceptable par les batteries et leur prix. Tout le reste, j'ai confiance en les constructeurs, globalement, pour proposer des modèles convenables : la
2CV, la Volkswagen et la Smart vont se trouver une descendance. Il me semble qu'une alliance ERDF-Renault-Veolia-Vinci-Free serait utile, mutatis mutandis. Est-ce que la prise en 380 V commence à
s'affirmer comme standard ?