Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 07:00
Lord Kevin déclara un jour "If you can not measure it, you can not improve it", qu'on peut librement traduire par "pas d'amélioration sans mesure".

On a vu que les compteurs "intelligents" en donnaient une variante logiquement cohérente : on peut se contenter de mesurer, sans chercher à améliorer.

La tonitruante Conférence de Copenhague, et ses espérés objectifs "contraignants" de réduction des émissions des gaz à effet de serre, laisse envisager une autre position : qu'importe la mesure...

Car ces fameuses émissions de gaz à effet de serre ne sont aujourd'hui pas mesurées. Les nombres qu'on trouve un peu partout, dans les rapports les plus officiels comme dans les blogs les plus farfelus, ne sont que de vagues estimations.

Ainsi, les "statistiques" d'émissions de CO2 françaises...
...sont calculées par l'Observatoire de l'Energie à partir des quantités de houille, de produits pétroliers, et de gaz naturel utilisés pour la production d'énergie. Les consommations pour d'autres usages tels que les bases chimiques, les lubrifiants, le bitume, etc..., ne sont pas comptabilisées. Une teneur en carbone propre est affectée à chacune de ces énergies. De plus, il est tenu compte des corrections climatiques pour la part utilisée dans le résidentiel-tertiaire.
Autrement dit, il s'agit d'un modèle ad hoc et confidentiel qui permet à la France d'afficher ce qu'elle veut. On notera au passage que le modèle ne compte que le carbone fossile alors que ce dernier n'est à l'origine que de la moitié du réchauffement d'origine anthropique. Les émissions de méthane d'origine bovine, par exemple, sont négligées.

D'ailleurs, s'il était facile de comptabiliser les tonnes de carbone émises à l'échelle d'une nation, on ne voit pas pourquoi, à l'échelle plus modeste d'une entreprise, il faudrait déployer une méthodologie lourde et complexe comme le Bilan Carbone.

Les émissions officielles de CO2 de chaque pays relève donc d'une annonce politique et non d'un calcul rationnel et certifié. Cela rend plus aisé la fixation d'un objectif de réduction à long terme : on aura le temps nécessaire pour, discrètement dans quelques années, faire évoluer quelques paramètres masqués de la formule secrète d'évaluation des émissions.

Après les grands coups de bluff des réserves pétrolières de l'OPEP dans les années 1990, il semble donc qu'à Copenhague ne se tienne pas une Conference of the Parties (COP) mais bien une... partie de CO2P (CO2 Poker).



Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Dérisoirement Durable
commenter cet article

commentaires

Michel 18/12/2009 21:44


Cap fuel instead of CO2!

Limiter les émissions de CO2 est la manière la plus hypocrite qui soit de limiter les émissions. En limitant la disponibilité des principales sources de CO2, fuel et charbon, on arriverait beaucoup
plus directement à un résultat tangible.

Il faut nationaliser le pétrole et le charbon.


Aerobar Films 19/12/2009 11:49


oui, c'était l'idée derrière les Douze Salopeurs...


energy_isere 11/12/2009 17:59


Au jeu du CO2 poker il faut aussi considerer les joueurs munis de fausses piéces, qui jouent, et gagnent des vraies piéces. Beaucoup de vraies piéces.

Voici l' info de taille dans Oleocene ou vous n' irez pas puisqu' "on" y apprend rien
http://forums.oleocene.org/viewtopic.php?p=260097#p260097

Et pour nous eviter vous pourrez aller dans les echos directement :

http://www.lesechos.fr/info/marches/020263144022-co2-l-europe-organise-la-riposte-pour-mettre-un-terme-a-une-fraude-massive-a-la-tva.htm

Une somme rondelette de 5 milliards. C' est le Kerviel version 2009 !


Aerobar Films 11/12/2009 23:40


L'affaire avait commencé à suinter il y a déjà quelques mois, il nous semble... Merci tout de même de rappeler cette actualité qui montre que le but de la spéculation n'est pas l'intérêt collectif
mais bien l'enrichissement personnel !

Ne nous leurrons pas : il y a beaucoup de banquiers à Copenhague, ravis de voir un nouveau marché mondial se monter.


lolo25 10/12/2009 16:31


Je suis d'accord avec le commentaire précédent. Des mesures sont impossibles. Néanmoins les ingénieurs sont parfaitement capables de calculer et quantifier les émissions de CO2, certes avec une
marge d'erreur ; mais c'est l'ordre de grandeur du résultat qui compte.
Les questions à se poser sont ainsi :
Quel organisme indépendant va s'occuper de ces calculs?
Que se passera-t'il si un pays qui aura ratifié le traité (en éspérant qu'on y arrive) ne respecte pas le planning?
Des réponses concrètes seront nécessaires à la fin de cette COP, sinon cela n'aura servi à rien.
Parceque c'est bien beau d'être tous d'accord sur le constat de catastrophe climatique (et énergétique...) qui nous pend au nez ; ce qui compte ce seront les mesures prises par nos gouvernants.


Aerobar Films 10/12/2009 23:08


Hé bien, on va vous faire une réponse d'ingénieurs diplômés : pour de nombreux pays, la marge d'erreur est du même ordre de grandeur que la valeur estimée de leurs émissions nettes (nettes,
car il faut prendre en compte les puits de carbone pour que le bilan ait un sens)...


Absolument Fabuleux 10/12/2009 08:07


En même temps, je vois mal comment ils pourraient faire autrement qu'une estimation à partir d'un modèle.
Pour les vaches, vous faites comment ? Vous leur mettez un entonnoir au derrière avec une petite éolienne pour la mesure des vents nauséabonds ? Les humains aussi ? (^oD )
Un p'tit dispositif sur chaque véhicule aussi ? ( ben oui, un même modèle, suivant ses réglages, ne rejette pas la même chose).
Là, ça fait critique un peu facile les gars :o)


Aerobar Films 10/12/2009 23:01


Même si des mesures très précises sont impossibles, plein de choses pourraient être faites et ne le sont pas, en commençant par définir une méthode standard d'évaluation des émissions !