Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 07:00

Le dernier numéro de Pour la Science mérite plus qu'un coup d'oeil.

http://moscou67.files.wordpress.com/2010/06/rahan_5.jpgL'article qui fait la couverture - l'Homme a-t-il failli disparaître ? - développe une thèse originale : il y a plus de 100 000 ans, un changement climatique aurait réduit la population humaine à quelques centaines seulement d'humains sur Terre. Nos ancêtres auraient survécu pendant plusieurs milliers d'années, à manger des fruits de mer et des tubercules dans une grotte d'Afrique du Sud.

En quoi cette épreuve a-t-elle modifié le patrimoine génétique et culturel de l'humanité ? Cette condition de réfugié climatique a-t-elle ancré une fois pour toutes dans la cervelle humaine un "plus jamais ça" qui lui donna envie de conquérir le monde et de dominer les éléments ?

Nul ne le saura sans doute jamais, mais l'histoire est belle : c'est finalement quand on est vraiment proches du fond de la piscine qu'on peut rebondir. Il nous faudrait donc attendre la conjonction de l'épuisement des ressources, de la surpopulation, du changement climatique, de la pollution généralisée et de l'hiver nucléaire pour changer de logiciel.

Sinon, dans la section Economie, on appréciera un article didactique d'Ivar Ekeland sur les dark pools qui fait apparaître en filigrane la manipulation des marchés physiques par les traders des marchés en produits dérivés, une thèse qui nous est chère, comme nos lecteurs le savent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Gros temps sur la planète
commenter cet article

commentaires

E2100 28/09/2010 20:30



A côté des 5 extinctions massives, il y a des accidents moins spectaculaires mais plus nombreux, selon une loi du Chi-deux que je laisse le soin à nos lecteurs d'intuiter. Toujours intuitivement,
il me semble que le produit nombre d'extinction x impact de l'extinction est maximum vers le milieu de la courbe. Nous sommes focalisés sur les 5 grandes parce que nous venons de les découvrir et
qu'il y a de quoi en être estomaqué ; mais les milliers d'extinctions moyennes, bien plus délicates à mettre en évidence avec les pauvres outils de la paléontologie, ont un impact bien plus
décisif sur l'arbre final. De même que l'ADNmt a apporté une foultitude d'informations sur la généalogie des espèces sexuées, je ne doute pas que dans un proche avenir nous trouvions des outils
comparables pour d'autres espèces, telles les archées et les virus, qui viendront combler lentement les déserts lacunaires qui nous séparent de la naissance de la vie sur terre - laquelle vie
vient de prendre 1.5 milliard d'années supplémentaires au compteur.


Je me suis trouvé par hasard dans une librairie scientifique à St-Germain, qui offrait une coupe transversale des préoccupations de l'être humain en général et du Français en particulier. En
raccourci :


trois bouquins et demi sur le Développement Durable, contre un énorme rayon sur les différentes façons de se construire une maison individuelle - dont je rappelle qu'elle ne peut en
aucun cas être écologique

un rayon consacré aux ouvrages de langue anglaise traitant du trading, contre rien, zéro, nib de nib sur la réglementation de ces marchés.



Sans commentaire.