Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 07:00


Dans quelques jours, nous célébrerons les 40 ans du premier pas de l'homme sur la Lune.

Comme nous sommes toujours en avance de deux ou trois longueurs, à l'instar de notre illustre camarade, nous vous proposons de prendre la mesure de ce programme en faisant comme si la mission Apollo XI avait décollé de Floride le jour où nous publions ces lignes, le 17 juillet 2009.

L'alunissage est prévu mardi prochain 21 juillet heure de Paris, à la date anniversaire. C'est quand même un long voyage.

Mais si nous regardons dans le rétroviseur, nous mesurerons mieux l'impressionnant effort de la machine industrielle états-unienne. Car si nous maintenons ce décalage de quatre décennies pour mieux l'apprécier, le programme Apollo a été lancé officiellement il y a seulement huit ans, en mai 2001, par un Président fraîchement élu et qui, à son investiture, était peu convaincu de l'intéreêt d'investir lourdement dans le spatial civil.

Le 7 novembre 2002, la stratégie de vol (rendez-vous orbital autour de la Lune) a été validée, alors que les appels d'offres sur la base de cahiers des charges sommaires avaient déjà été adressés aux principaux industriels.

Jusqu'en 2007, des sondes ont été lancées dans l'espace puis sur la Lune pour apprécier les risques liées aux micrométéorites, aux rayons cosmiques, à la topographie lunaire, etc. Le 2 juin 2006, la sonde Surveyor 1 s'est posée en douceur sur la Lune, validant la fermeté du sol.

Le 27 janvier 2007, un accident a carbonisé Apollo 1 et son équipage, alors qu'ils réalisaient des essais : le programme va prendre 21 mois de retard, le temps de supprimer les causes qui ont conduit à ce tragique événement.

Malgré cela, la première fusée lunaire de type Saturn V a été lancée avec succès le 4 avril 2008 (Apollo 6). Le 11 octobre de la même année, tandis que Lehman Brothers s'effondrait, une autre Saturn V décolle avec, pour la première fois, un équipage à bord. Le 21 décembre, Apollo 8 part pour un premier tour autour de la Lune. Et mardi prochain...

Dans quelques années, nous serons enfin en mesure de dresser une rétrospective similaire sur le Boeing 787, un avion dont la complexité de mise au point cache sans aucun doute la capacité d'aller sur Mars, ou alors c'est à désespérer de ce qu'est devenu l'industrie aérospatiale.

Et une fois de plus, on appréciera l'écart de discours entre un Kennedy qui promet la Lune pour la fin de la décennie, et un Obama qui nous annonce, avec ses copains du G8, une réduction de 80% des émissions de CO2... dans quarante ans, justement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Transports futurs
commenter cet article

commentaires

denis 21/07/2009 22:00

Quand on voit les problèmes récurrents sur la navette (projections qui abiment le revêtement) dus à une conception erronée (le réservoir est au dessus de la navette), on peut s'inquiéter de problèmes équivalents pour la Lune. La problématique aujourd'hui est magnifiquement anticipée dans le film "Capricorn One" dont je conseille vivement le visionnage.

Aerobar Films 22/07/2009 16:41


Oui vraiment ! C'était du temps où Hollywood savait faire de bons films, même dans la série B


miniTAX 17/07/2009 12:06

C'est sûr que si Obama promettait la Lune pour la fin de la décennie, vu l'énergie et donc le CO2 qu'il faut pour lancer une fusée, la FARCE (fraternité des alarmistes du RC exagéré) ne va pas apprécier.

Aerobar Films 17/07/2009 13:12


Obama temporise, vu qu'en plus de récentes études montrent que la
probabilité des scénarios "abrupts" est faible. Quant à l'impact carbone du programme Apollo, nous laisserons à d'autres comptables de l'inutile le soin de le calculer.


Environnement2100 17/07/2009 08:07

En 1960, le moteur cryogénique avait presque 20 ans ; il ne paraissait pas absurde de lui faire faire un peu plus de chemin, après tout, la Lune n'est "qu'à" une distance de dix fois la circonférence de la Terre : beaucoup de commandants de bord parcourent cette distance chaque année. Et puis tous les matériaux faisaient des progrès, on venait de découvrir l'électronique ; en 2009, on vient de découvrir la console Wii, et son impact sur notre performance générale n'est pas le même.

Aerobar Films 17/07/2009 13:09


Il y avait aussi une plus grande acceptation du risque.