Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 07:00
Editorial racoleur dans le dernier numéro du Monde, cherchant probablement à rebondir sur le succès politiquement sulfureux du documentaire on-va-tous-mourir-avec-de-bien-belles-images de YAB : il est urgent de se préoccuper des éco-réfugiés.
Des Maldives aux Kiribati en passant par les îles Carteret, la fuite des hommes devant la montée des océans a déjà commencé.
L'article nous réchauffe un bon vieux tiers-mondisme des familles, qu'on aurait plutôt vu dans les colonnes de la version mensuelle et Diplomatique. Rien de très neuf sinon, sauf toujours ce fantasme de l'invasion du Nord par le Sud :
d'ici à 2050, ce sont quelque 200 millions de personnes qui seront vraisemblablement contraintes d'émigrer vers d'autres régions, voire d'autres pays. Ces "réfugiés climatiques" ne s'ajouteront pas seulement aux quelque 40 millions de réfugiés politiques déjà répertoriés, fin 2008, par le Haut-Commissariat pour les réfugiés des Nations unies. Ils viendront également grossir les flux de l'immigration économique.
L'auteur se garde bien de chiffrer ce dernier flux, pourtant de loin le plus important et le plus réel, et sur lequel il se dépêche de glisser. L'Abominable Homme des Neiges ne faisant plus recette depuis longtemps, place à l'Indénombrable Hom(m)e des Inondations !


Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Dérisoirement Durable
commenter cet article

commentaires

Environnement2100 23/06/2009 07:03

Il y a des inondations très régulèrement et partout dans le monde. Déclenchent-elles une solidarité au point d'accueillir des réfugiés ? Jamais. Je ne vois pas que cela puisse changer.
En revanche, les Etats qui en auront les moyens (militaires, politiques etc) risquent de s'installer durablement chez un voisin plus faible et moins sinistré.