Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 07:00
La hausse du pétrole est-elle durable ?


On avait déjà émis l'hypothèse que nous connaissions un n-ième épisode spéculatif saisonnier : l'économie réelle est déprimée et la demande est loin d'avoir la dynamique de ces dernières années.

Preuve en est d'ailleurs le cours du gaz naturel, qui avait tendance naguère à suivre les cours du pétrole en période haussière, ne serait-ce que parce qu'une part significative du parc de centrales électriques américaines est mixte fioul-gaz : si le pétrole flambe, une partie de la demande se reporte sur le gaz qui monte à son tour, et les phénomènes spéculatifs magnifient la tendance.

Le graphique ci-contre (source WTRG) montre bien qu'il y a eu quasi-superposition des records de prix en juillet 2008 pour le gaz (courbe du bas) et le pétrole (courbe du haut). Mais depuis, le gaz a entamé une longue descente vers une morne plaine désertique, et qui pourrait correspondre à ce fameux prix d'équilibre prévu par la théorie de l'offre et de la demande.

Un coup d'oeil sur les cours du charbon montre la même déprime, sachant qu'en plus ses débouchés sidérurgiques ont également le blues.

Un tel contraste ne peut à notre avis durer : le pétrole vit sans doute ses derniers jours de hausse. Et, si les spéculateurs jouant la hausse le désertent, il pourrait retomber à son prix d'équilibre qui, si on fait une extrapolation à partir des cours du gaz naturel, est de 30-35 dollars le baril, comme nous l'avions estimé par d'autres méthodes il y a quelques temps.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Au Pays de l'Or Noir
commenter cet article

commentaires

Environnement2100 17/06/2009 14:45

Je me permets pour une fois de différer, et d'affirmer, haut et fort, que non, ces courbes ne vont pas se rejoindre, parce que le gaz, lui, n'est pas liquide ! Je m'explique. Le pétrole sert aujourd'hui de valeur refuge aux boursiers. Il est sans doute la matière première la plus fiable (dans l'esprit boursier) puisqu'on arrive toujours à vendre l'objet, alors que ce n'est toujours pas le cas aujourd'hui pour des valeurs boursières ; le nombre de transactions s'est mis à croître nettement en septembre 2007 pour ne plus jamais fléchir : le pétrole est "liquide" !
Ce n'est certainement pas le cas du pauvre gaz naturel, incroyablement dépendant d'investissements monstrueux et du bon vouloir d'un nombre minuscule de consommateurs qui achètent parfois à 90% par le biais de contrats décennaux : quel danger que d'acheter du gaz ! Le gaz n'est *pas* liquide, j'espère l'avoir démontré.
En conséquence, je pense que le cours du baril continuera de croître lentement, tant que les surplus financiers n'auront pas été assainis par une saine occupation dans d'autres domaines, précédant sans vergogne l'hypothétique reprise économique.

Aerobar Films 17/06/2009 22:01


Le raisonnement se tient également... Il ne reste plus qu'à parier,
alors


Absolument+Fabuleux 17/06/2009 12:58

sauf si la spéculation sur le pétrole n'est pas saisonnière mais basée sur la fuite face au dollar.

Aerobar Films 17/06/2009 22:03


Le graphe qu'on avait posté ici montre que ça monte même en exprimant le cours du baril en euro.