Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 14:56
En cette période de montée spéculative du pétrole, tout avis susceptible de faire bouillir un peu plus la marmite est bienvenu.

Saluons donc le très officiel et très piquo-sceptique CERA (Cambridge Energy Research Associates) qui vient de déclarer, lors d'une conférence au CICS, un de ces nombreux think tanks qui ont pignon sur rue à Washington DC :
Le CERA reconnaît que le pic pétrolier est ici, et c'est quelqu'un du CERA qui vous le dit.
Celui-ci se rallie à notre thèse du pic économico-géopolitique déjà énoncée en pleine déconfiture du baril : il est clair qu'à cette époque, ce genre de thèse n'intéressait pas trop ceux et celles trop occupés à jouer la baisse.

Plus près de nous, l'ineffable Jean-Louis Schilansky, président de l'UFIP, le syndicat professionnel de l'industrie pétrolière, vient d'étaler son argumentaire répondant à la hausse des prix à la pompe :
Nous sommes entrés dans un cycle haussier. Le prix du pétrole continue de monter en anticipation de la reprise économique en Asie, notamment en Chine.
Autrement dit : "nos collègues du service trading sont en train de faire monter les cours comme chaque année en cette saison, mais vous êtes priés de gober la couleuvre du péril jaune".

Wolfgang Mayrhuber, le président de Lufthansa le constate amèrement d'ailleurs :
Les spéculateurs financiers ont une influence énorme sur notre activité : la vieille règle selon laquelle l'offre et la demande déterminent le prix d'une telle matière première, n'est visiblement plus de mise.
A noter sinon que la version 2009 de la BP World Energy Review vient de sortir. Voilà l'occasion de mettre à jour quelques belles courbes.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

klums 18/06/2009 10:13

C'est aussi l'avis de Jean-Louis Gergorin (diverses affaires Clearstream) qui dénonce la néfaste influence de la mobilité de l'argent sans visage dans l'économie mondial dans son bouquin Rapacités
Il n'y aura qu'un action mondial lancé par les Etats-Unis qui permettra de réguler ces flux financier qui déstabilisent nos sociétés, mais encore faudrait il qu'ils (?) le veulent ...

Environnement2100 10/06/2009 20:36

L'économie n'est toujours pas assainie ; quelques mastodontes peuvent encore tomber. Ne vaut-il pas mieux acheter des matières premières (dont du pétrole) et risquer 10% de pertes, plutôt que des actions et risquer 40 % ? Cette augmentation, uniquement motivée par une défiance des marchés actions, montre qu'il reste beaucoup de liquidités trop mobiles. Tant que cette mobilité intense ne sera pas régulée, de nouvelles bulles se créeront.

Aerobar Films 10/06/2009 22:57


C'est aussi l'avis de Patrick Artus (p. 64-65), dans cet intéressant opuscule édité par Total en décembre 2008 et intitulé... Peak Oil: un futur, des énergies

Ne s'intéressant qu'aux fondamentaux, PA ne voit pas la remontée des cours avant 2010 - ce qui peut être vu comme preuve que l'augmentation actuelle n'est qu'une bulle saisonnière.