Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 07:00
Dans la série "les bobos sauvent la planète", voici maintenant que Yann Arthus-Bertrand (YAB), le photographe dont chaque cliché ou presque dégage une légère odeur de kérozène, nous annonce la sortie de son nouveau film Home, dont la bande-annonce se termine par ce mystérieux plan :

Que le luxe se prétende durable n'est pas une nouveauté ; il pourra même le devenir un jour, une fois que la volonté nécessaire sera sortie du ghetto de la com' corporate.

Mais que des marques de la grande distribution comme Conforama ou La Redoute s'associent à un tel film nous laisse rêveurs.

Il suffit d'aller visiter une grande surface de bricolage pour constater que l'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments n'est toujours pas la préoccupation réelle de ces enseignes ni de leurs clients ; pour ceux (et surtout celles) qui ne les fréquentent guère, nous vous recommandons de jeter un oeil sur cette récente étude terrain de la question.

cette bande-annonce oppose des paysages naturels intacts et enchanteurs à des images de puits de pétrole, d'autoroutes, de quais remplis de conteneurs maritimes... Mais comment feraient la FNAC ou Puma sans ces derniers ?

Si vous aimez les bons films, nous vous recommandons plutôt d'aller celui, home-onyme, avec notre Isabelle Huppert nationale. Encore un film d'autoroutes, direz-vous, mais au moins sans ce lassant message  au goût de "fais ce que je dis, pas ce que je fais" qu'on trouve, sirupeux et dégoulinant, dans la présentation du film de YAB :
En 200 000 ans d'existence, l'homme a rompu l'équilibre sur lequel la Terre vivait depuis 4 milliards d'années. Réchauffement climatique, épuisement des ressources, extinction des espèces : l'homme a mis en péril sa propre demeure. Mais il est trop tard pour être pessimiste : il reste à peine dix ans à l'humanité pour inverser la tendance, prendre conscience de son exploitation démesurée des richesses de la Terre, et changer son mode de consommation.
Dix ans pour changer le monde... Vous y avez cru ? Revenez sur Terre, la vraie : c'est juste du cinéma.

Voir aussi notre parodie de bande-annonce ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Dérisoirement Durable
commenter cet article

commentaires

Klums 03/06/2009 09:57

'Fin du débat, nous ne sommes pas sur un forum'
Quel rapport ?
J'ai deja vu des articles sur over.blog avec plus de 200 commentaires. Et je pense que ça ne faira pas déplaisir à l'auteur de voir qu'un article suscite de l'intérêt à être debatu.
Pour ma part, je situe le calcul de la déperdition calorifique comme indicateur d'un matériaux ou comme dit d'un pan ou assimilé de mur. Mais ça reste une valeur théorique.
Qui de toute façon n'aura rien a voir avec la manière dont on chauffe.
Mais cette valeur à un interet
- avant la construction, dans le choix de l'isolation du batiment
- apres la construction, si les pertes sont trop fortes pour determiner ou l'isolation sera la plus utile
La valeur la plus intéressante sera la facture d'énergie, qui indiquera directement qu'elle quantité d'énergie a du être utilisé pour conserver le lieu à une température acceptable par les clients. A relativiser par le volume marchand de bien.
Mais bon, vu que le cout des pertes est pour notre poche (en tant que client), et a moins d'imposer de coller des étiquetes-energies sur tout les magasins, on passera sous silence la fraicheur climatisé des magasins en été.

Aerobar Films 03/06/2009 10:54



je pense que ça ne faira pas déplaisir à l'auteur de voir qu'un article suscite de l'intérêt à être debattu.

Absolument ! Nous n'intervenons pas principalement parce que nous n'avons pas le niveau technique suffisant pour intervenir, mais nous lisons ce... fil avec intérêt. Continuez !


jimfells 03/06/2009 09:36

Non, la déperdition peut être identique si la conductivité est 5x élevée pour le mur de 50cm ;-)

Fin du débat, nous ne sommes pas sur un forum.

lalbatros 02/06/2009 14:59

Deux murs très différents (10cm et 50cm d'épaisseur p.ex.) peuvent être soumis à la même différence de température. Pourtant la déperdition sera fort différence.

lalbatros 02/06/2009 14:55

Je ne vois pas comment éviter un minimum de calculs, même en cherchant la simplicité. Comment déduire la déperdition calorifique à partir de la différence de température, sans un petit calcul.

Le plus simple est de demander la facture. Non?

jimfells 02/06/2009 09:35

On est pas obligés de faire les calculs compliqués de la RT 2005.

Si l'on s'intéresse aux performances thermique, l'épaisseur du mur, on s'en tamponne un peu. D'ailleurs, elle n'est utile que si l'on connait précisément la conductivité thermique du matériau. Or dans la réalité, c'est un assemblages de plusieurs matériaux divers, avec des ponts thermiques, des épaisseurs différentes.

Autant s'intéresser au système complet. Et mesurer directement la résistance thermique de l'assemblage "mur".

Donc on pointe un thermomètre laser, ou un thermocouple avec un scotch alu sur la face interne du mur ou des fenêtres, en plusieurs points. Idem à l'extérieur. On fait la différence et on a alors un valeur très utile puisque réelle et non théorique.

Sans être exhaustif, cela permet quand même avec des moyens disponibles sur étagère, de réaliser une évaluation des performances thermiques du bâtiment.