Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 07:00
Les financiers utilisent souvent la métaphore des "arbres qui ne montent pas jusqu'au ciel" pour expliquer que toute croissance prolongée de la valorisation d'un actif finit toujours par rencontrer une limite.

Mais Airbus réfute apparemment cette image, si on en croit cet article de vendredi dernier :
Malgré les crises successives, le trafic mondial double tous les quinze ans. Et selon Airbus, les quinze prochaines années ne devraient pas faire exception.
Pratiquant la méthode Coué comme naguère en son temps l'AIE, le constructeur aéronautique cherche à se persuader - et surtout à persuader actionnaires et clients - qu'il faut continuer à construire toujours plus d'avions, malgré les quantités démentielles d'aéronefs aujourd'hui entreposées dans des déserts américains.

Pour argumenter son discours, Airbus utilise deux biais classiques de raisonnement, illustrée par le graphique ci-contre.

Le premier consiste à privilégier le scénario optimiste : il est aujourd'hui impossible d'avancer que 2009 sera une bonne année, par contre il n'est pas complètement incertain que 2010 et 2011 soient des années de reprise - on pourrait surnommer ce biais la méthode Trichet.

Le second a été popularisé par Taleb par la métaphore du fermier et de la dinde de Noël : en se référant à sa propre histoire, la dinde se convainc tous les jours un peu plus qu'elle sera nourrie et choyée le lendemain comme elle l'a été jusqu'ici. Le fermier, lui, affûte sa hache en pensant avec délectation au 25 décembre qui approche.

Et pour le transport aérien, Noël sera la prochaine montée du prix du baril.


Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Transports futurs
commenter cet article

commentaires