Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 07:00
Lorsqu'une société est frappée par une crise soudaine et déroutante, comme nous le sommes aujourd'hui, le mécanisme est toujours le même : on commence par l'effet de panique - c'est la raison du succès des films catastrophe - puis on se met à danser sur le volcan. Allons-nous bientôt connaître de nouvelles "Années folles" ?

... Ainsi commence un article dans l'air du temps. Continuons donc à vous en livrer quelques morceaux choisis, mais avec la forme qui convient aux citations :
Il fallait s'y attendre : la fin du monde est à la mode. ce que Dieu fit en six jours, nous allons le défaire en six mois, ou six ans, et le créateur peut bien s'indigner, l'humanité étouffe à peine un rire en lançant ses derniers confettis.
L'article nous prédit une fin du monde sous la forme d'un "Apocalypse Chic"
Qu'est-ce que l'"Apocalypse Chic" ? Un phénomène social qui fait que, dans la même ville de Detroit aux Etats-Unis, on peut enregistrer un nombre de chômeurs qui rappelle les pires moments de la Grande Dépressiopn et entendre la plaisanterie du jour : "Quelle est la différence entre la Chrysler Corporation et le Titanic ? A bord du Titanic, il y avait un orchestre."
Mais où est donc le lien vers cet article si actuel, nous direz-vous ? Hé bien, il n'y en a pas, vu que l'article en question est paru dans le mensuel Réalités, ancêtre du Figaro-Magazine, en... mai 1975.

Un peu plus loin, après l'apocalypse chic, voici un article intitulé... Le marketing choc, écrit par un certain Robert Leduc (agence Ted Bates), et qui se révèle, dans ses dernières lignes, d'une remarquable clairvoyance :
Le centre d'intérêt du marketing se déplace. De l'économique, il glisse vers le social.

La crise du pétrole, qui précède celle des autres grandes matières premières, aura servi de détonateur. Elle met, et pour longtemps, le marketing devant un nouveau défi : celui de la pénurie. Que va-t-il devenir lorsqu'on nous demande de fermer le chauffage, d'acheter des voitures plus petites et de récupérer nos bouteilles vides ? L'ère du jetable s'achève. (...) Face à un projet de produit nouveau, la question ne sera bientôt plus : "est-ce qu'il se vendra ?", mais "en avons-nous vraiment besoin ?". Il va falloir faire converger la rentabilité et l'utilité. Le marché de l'utilité marginal va se rétrécir. Dans ses calculs, l'entreprise doit dès maintenant intégrer des objectifs sociaux.
Hé oui, il s'agit bien là d'une définition du développement durable, donnée cinq ans avant que l'expression ne soit officiellement forgée, et par un publiciste, comme de bien entendu. Déjà, à l'époque, le bobo décroissant en vélo faisait vendre (des cigarettes, certes) :


L'archéologie le prouve : la croissance verte, le développement durable, la décroissance, c'est rien que de la pub. Même pas récente.

Du réchauffé d'il y a 35 ans.

Des idées neuves, vite !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Le Monde d'avant Google
commenter cet article

commentaires

Environnement2100 06/03/2009 08:50

La notion "moderne" de développement durable inclut un petit détail qui en fait la saveur : le devenir de l'espèce humaine est en jeu, ce qui n'était pas le cas auparavant. A ma connaissance, ce sont les théories sur l'hiver nucléaire qui ont les premières permis d'envisager une disparition de l'espèce prochaine comme une hypothèse hélas raisonnable, qui exigeait une action concertée.

Aerobar Films 06/03/2009 11:25


Hum... Combien de propagandistes du DD incluent ce petit détail dans leur définition ?