Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 07:00
Toujours là où on ne l'attend pas*, notre hyper-Président a fait en fin de semaine dernière une déclaration étonnante, curieusement reprise uniquement par un média moyen-oriental :
Alors qu'il devisait avec des diplomates étrangers basés à Paris, Nicolas Sarkozy a émis une proposition plutôt inhabituelle : fixer les prix du brut à un niveau acceptable à la fois des producteurs et les consommateurs.

"Il est dans l'intérêt de tous de réglementer les prix des matières premières, pas seulement le pétrole, pas seulement le gaz, mais toutes les matières premières", a déclaré Sarkozy.

Voilà qui enverrait illico au grenier notre barilomètre !


Inutile de dire qu'une telle proposition est vue d'un mauvais oeil par Wall Street et, plus généralement, par les fonds de pension américains qui se préparent à revenir sur lesdits marchés des matières premières.


Affaire à suivre... Pour commencer par le plus facile, on pourrait figer le prix de la tonne de CO2, plutôt que la laisser s'effondrer.

Même si on est encore loin de la mise en application d'une telle idée, le simple fait qu'elle soit formulée à haut niveau est significatif. N'importe quel homme d'Etat se serait ridiculisé il y a quelques années à tenir les mêmes propos.

Est-ce qu'il en parlera à Nicolas Hulot, lors de son déjeuner de travail aujourd'hui ? Osera-t-il le redire aux ultra-libéraux déprimés de Davos ?

EDIT : en attendant, les Etats-Unis ont réagi :
La Cour suprême des Etats-Unis a désavoué Areva lundi, dans une décision qui implique que l'uranium enrichi importé aux Etats-Unis pourra être à l'avenir soumis à des mesures anti-dumping.
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage...


* saluons le travail de veille d'hyperion pour cette brève passée inaperçue dans le reste du Paysage Internet Francophone (PIF)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Environnement2100 27/01/2009 15:06

Le sujet a été rebattu de nombreuses fois, c'est un "marronnier" de la science (?) économique. On peut quasiment démontrer que la régulation du prix d'une matière première est facile à gérer à condition 1) qu'on maîtrise physiquement son approvisionnement et 2)que l'on tolère un léger surcoût sous forme de frais financiers.
En ce qui concerne le cas particulier du pétrole, le "léger surcoût" est évidemment un chiffre astronomique, et le "contrôle physique" est justement ce que la nation la plus puissante de l'histoire vient de totalement échouer à obtenir. On peut d'ailleurs revivre les événements postérieurs à 1945 sous cet angle, c'est un peu réducteur mais éclairant, en considérant que la technologie pétrolière étatsunienne est le moyen de contrôle, et le Moyen-Orient le lieu de stockage des excédents.
Cette proposition est donc non seulement ridicule, mais une méthode concurrente est déjà en cours.

Aerobar Films 27/01/2009 18:29


Il y a d'autres façons de réguler les cours ! Par exemple en le déterminant une fois par an, à l'issue d'une négociation entre gros producteurs et gros consommateurs, comme cela se passe pour le
minerai de fer.