Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 07:00


Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce livre est sorti en 2003.


Pourtant, il est resté actuel : au milieu des critiques du libéralisme débridé de l'administration Bush, il suffit d'y remplacer "bulle Internet" par "bulle des matières premières et de l'immobilier" pour comprendre qu'absolument rien n'a changé depuis la publication de cet ouvrage. On y trouve même, à plusieurs reprises, l'expression de la "finance folle des années 1990" qui n'est pas sans rappeler notre propre expression des Années Folles de la Finance. Les grands esprits se rencontrent, vivement qu'on nous décerne un blog-Nobel

 

Dans la série des grands penseurs qui ont hurlé dans le désert, aa palme revient sans doute à Eric Izraelewicz qui a réussi à écrire un article dans le Monde avec 17 ans d'avance...


Pour en revenir à Stiglitz, il consacre notamment un chapitre à l"ascension et la chute d'Enron, dont plus personne ne parle aujourd'hui alors que cette entreprise avait réussi à monter l'une des plus grandes manipulations de marché sur l'électricité et le gaz naturel à l'échelle des Etats-Unis.

La disparition d'Enron semble avoir fait croire que ces pratiques avaient disparu avec l'eau du bain. Pourtant, les traders qui avaient mis au point toutes ces techniques manipulatoires ne se sont pas évaporés : ils ont probablement été ré-embauchés par les banques d'affaires et les fonds d'investissement qui ont été si présents sur les marchés dérivés des matières premières.


On est donc largement en droit de se demander aujourd'hui quelle nouvelle bulle est en train de nous concocter le capitalisme financier.


Au fait, combien de milliards ont-ils déjà été engagés (committed) et dépensés (spent) par les autorités états-uniennes pour contenir la crise financière ? Un intéressant graphe du New York Times nous donne la réponse. Attention, en anglais des Etats-Unis, billion signifie milliard et trillion signifie mille milliards (ou un million de millions, qu'on appelle un billion en français). En anglais de Londres et en français, un trillion représente un milliard de milliards.







Partager cet article
Repost0

commentaires