Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 07:00

Les informaticiens s'intéressent de plus en plus à l'énergie. Capgemini vient ainsi de publier un rapport alarmant intitulé "une revue stratégique des marchés européens de l'énergie".

Nous avons essayé de nous en procurer une copie ; nous avons été balayés d'un revers de main :

Monsieur,

Nous ne fournissons le rapport complet de notre étude qu'à nos seuls clients.
J'en suis désolé.

Encore un qui n'a pas dû apprécier notre avatar. Nous nous sommes donc rabattus sur le résumé pour cadres dirigeants.

De ces quelques pages rédigées de façon assez décousue, nous comprenons que l'étude s'apparente plus à une compilation de données provenant de sources spécialisées (AIE, AIEA, UCTE, etc) qu'à un véritable travail de recherche : ce résumé pour cadres dirigeants constitue donc, en une dizaine de pages, une synthèse acceptable et convenue de la situation européenne.

Seulement acceptable, car le volet britannique est très peu développé, et pour cause : sur les 30 consultants qui ont planché sur ce pavé, un seul était basé Outre-Manche. Dommage, car le Royaume-Uni est sans doute là où le plus de choses vont se passer dans les prochaines années : depuis la déplétion accélérée des champs de la Mer du Nord jusqu'à l'urgent remplacement des centrales nucléaires obsolètes de British Energy, il y a clairement des choses qui vont bouger on the supply side. Sans parler de la situation critique de l'économie britannique...

Malheureusement convenue, car les auteurs du rapport minimisent le rôle des opérateurs financiers dans le fonctionnement des marchés : pour eux, la bulle pétrolière était essentiellement dûe à un problème de tarissement de l'offre face à la demande, et non à un emballement des marchés des produits dérivés, comme cela est reconnue de plus en plus officiellement.

L'impact de la crise est particulièrement mal traitée : ne voyant que le ralentissement du développement des énergies renouvelables d'une part, et que le risque accru, pour certains opérateurs énergétiques, de se faire racheter de façon inamicale et à bas prix d'autre part, les auteurs ont oublié de se demander si la demande énergétique n'était pas en train de baisser durablement et d'en déduire que les investissements industriels gigantesques qu'ils réclament - en relais de l'AIE, de l'UCTE et consorts - n'étaient plus si urgents que cela.

Si vous n'avez pas eu le temps de lire tous les rapports officiels publiés en 2008, vous pouvez donc économiser un temps précieux en vous contentant de lire ce rapport. Mais si vous cherchez quelque chose en plus, mis à part la conventionnelle publicité indirecte pour les services de consultants et d'informaticiens offerts par Capgemini  - améliorez vos processus, réduisez vos coûts, simplifiez vos organisations, achetez nos belles études de benchmarking ! - vous serez déçu.

Bref, si Capgemini voulait là faire oublier l'image du consultant qui prend la montre de son client pour lui donner l'heure, c'est raté...


Partager cet article
Repost0

commentaires

L
il y a clairement des choses qui vont bouger on the supply side.<br /> <br /> Supply, supplier,( intermédiaire ) sup-lier :sup, supérieur. Lier : menteur ! clair, n'est ce pas ?
Répondre
A
<br /> supplier = fournisseur.<br /> <br /> <br />