Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 07:00

C'est le titre de la dernière newsletter de Jim Hansen qui s'adresse au futur Président, dans le plus pur style "we do beg you, America"


On y retrouve l'exposé hansénien habituel, plus quelques nouveautés.


D'abord, il plaide pour la mise en place d'une vraie taxe carbone, et non pas pour tous ces dispositifs créatifs chers aux Européens qui ne donnent aucun résultat :

Si les Etats-Unis adhèrent aux approches inefficaces des "objectifs" et des "quotas", en directe continuation de la démarche du Protocole de Kyoto, un changement climatique catastrophique est quasiment garanti.

La deuxième nouveauté, c'est qu'il appelle au développement urgent de la quatrième génération de réacteurs nucléaires. Il ne cherche pas d'argument dans la question de la raréfaction hypothétique de la ressource en uranium, mais plus simplement dans la réduction des déchets nucléaires générés par l'actuelle génération de réacteurs.

La campagne électorale d'Obama, à mon humble avis, s'est opposé à la construction du site de stockage nucléaire de Yucca Mountain. En effet, il y a un moyen bien plus efficace d'utiliser les 25 milliards de dollars prélevés aux opérateurs électriques depuis 40 ans pour gérer leurs déchets. Ce fonds devrait être utilisé pour développer des réacteurs à neutrons rapides qui consomment des déchets nucléaires et des réacteurs au thorium pour empêcher la création de nouveaux déchets nucléaire à longue vie.

Rassurez-vous, il ne considère pas le nucléaire comme la seule et unique option. Son point de vue est finalement assez proche de celui de notre Jancovici national :

Les priorités pour résoudre les questions climatiques et énergétiques tout en stimulant l'économie sont : (1) améliorer l'efficacité énergétique (2) développer et déployer les énergies renouvelables(3) moderniser et étendre un réseau électrique "intelligent" (4) développer la quatrième génération de réacteurs nucléaires (5) développer les capabilités de captation et le stockage du carbone

On constate avec plaisir que Jim Hansen a compris qu'on ne peut pas développer les énergies renouvelables, par nature décentralisées, sans un réseau électrique adapté ; c'est là l'externalité majeure souvent passée sous silence par les partisans de l'éolien ou du solaire, quand ils établissent les bilans économiques de ces sources. Sur ce point, les réseaux états-uniens sont loin derrière les réseaux européens, et nécessitent effectivement une bonne mise à jour.

On note enfin que la captation et le stockage du carbone est remis à sa juste place : à la fin de la liste.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
ah oui j'ajoute un petit lien au sujet des process nucléaires possibles édité par le CEA.<br /> http://nucleaire.cea.fr/fr/nucleaire_futur/autres_voies.htm<br /> à le lire la situation ne semble pas aussi rose que décrite par Hansen et le réacteur avec quasiment pas de déchets et qui nous donnera au moins d'un millénaire d'énergie ne me semble pas pour demain.
Répondre
M
bonjour,<br /> <br /> pour les réacteurs de 4ème génération, au thorium, il ne me semble pas, sauf erreur, qu'il y ait un prototype industriel qui fonctionne.<br /> alors quand Hansen dit:<br /> "The common presumption that 4th generation nuclear power will not be ready until 2030<br /> is based on assumption of ‘business-as-usual”. Given high priority, this technology could be<br /> ready for deployment in the 2015-2020 time frame, thus contributing to the phase-out of coal plants." cela me semble un peu fort de café.<br /> Un déploiement dans 6 ans, en gros, d'une technologie industrielle (j'insiste sur le mot "industrielle") qui n'existe pas, enfin à ma connaissance, il y va fort, l'Hansen.<br /> Un peu comme d'habitude d'ailleurs, ce qui risque de décrédibiliser son discours et de rendre le reste de son message inaudible.<br /> <br /> D'un autre côté cela fait pas mal de temps que je ne me suis pas intéressé aux recherches dans le domaine nucléaire, alors...
Répondre
A
<br /> <br /> L'Inde possède d'importantes réserves de thorium et, de mémoire, a lancé un programme de réacteur d'une puissance de quelques dizaines de MW.<br /> <br /> <br /> Prenons plutôt 2020 comme échéance, cela laisse 12 ans aux USA : c'est tendu mais possible<br /> <br /> <br /> <br />