Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 09:00
Les médias et nous-mêmes publiont régulièrement des courbes à propos des prix du pétrole, comme celle ci-contre par exemple, montrant qu'en moins d'une décennie, le baril a vu son prix multiplié par 4 (en euro) voire 7 (en dollars) :

Mais comme ces monnaies sont soupçonnées de tendances inflationnistes plus ou moins avouées et plus ou moins fortes, nous avons décidé de mesurer le prix du baril en or dur, grâce à l'historique du prix du lingot d'un kilogramme obligeamment mis en ligne par la Banque de France :

Etonnant, non ?

La progression est beaucoup plus lente, et le "record absolu"  de l'été dernier semble curieusement proche du maximum atteint à la fin de l'été 2005. Tout se passe comme si à l'approche d'une valeur égale à 4,5 grammes d'or par baril, l'économie réelle décrochait et forçait les acteurs spéculatifs à renverser la tendance.

Autrement dit, la différence entre le baril à 70 dollars d'il y a trois ans et le baril "historique" à près du double pourrait simplement s'expliquer par une dévaluation générale de toutes les monnaies, dévaluation de l'ordre de... 25% par an ! Ce n'est pas avec un Livret A que vous protègerez vos avoirs...

En travaillant cette fois-ci sur des moyennes annuelles et non mensuelles, et en remontant jusqu'en 1968, date à laquelle l'or a commencé à être coté sur le marché libre, on obtient la courbe suivante (en anglais et en once par baril cette fois-ci, pour faire snob) :
Pour convertir en grammes comme dans le graphique précédent, il faut multiplier par 31. On voit que les périodes de forte croissance économique (fin des Trente Glorieuses, années 90) correspondent à un baril à 1,5 gramme (0,05 once), tandis que la récession pointe le bout de son nez dès que le baril touche les 3 grammes (0,10 once).

On voit donc là un moyen empirique de calculer, à l'instant t, les prix minimum et maximum du baril de pétrole. En allant chercher le cours actuel de l'once d'or (autour des $900), et en tenant compte d'une variabilité journalière des cours de l'ordre de $10 à l'échelle du mois, on calcule aisément le prix plancher (1,5 * 900/31 - 10 = $30) et le maximum (4,5 x 900/31 + 10 = $140).

Revenir au niveau des $30 est inenvisageable en 2008, mais possible en 2009 ou 2010. Quant aux $140, un regain de spéculation haussière peut y conduire, mais les $150 seront vraiment durs à décrocher. Il y a donc de bons paris à faire...





Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Au Pays de l'Or Noir
commenter cet article

commentaires

Phyvette 24/09/2008 23:33

Certes , cependant ce raisonnement valable pour 1986/2000, l'est il encore aujourd'hui ?

Il me semble bien (de mémoire) que le crude ne représente plus que moins de 75 m/bbl/jour, le reste, les barils marginaux proviennent de différentes sources agrico-schisto-bituminique (CTL, GTL BTL), qui coûtent toutes plus de 50$ par bbl à la production.

Phyvette 24/09/2008 20:11

On peut admettre aisément un plancher basé sur le coup marginal du dernier baril, comme le fait Anonyme, quoique 80/100$ semble un peut surévalué pour sables bitumeux Canadien ou l'off-shore profond. Il faut ce souvenir que ces projets furent relancés au environ du passage des 50$.

50$ pour le bbl marginal ne semble plus réaliste comme plancher.

Mais 30$ là les bras m'en tombent. Bien avant ce prix la consommation repartirait de plus belle (fin de l'élasticité/demande/prix), la production ne suivant pas... Et l'offre demande étant ce qu'elle est... Non vraiment 30$, j'ai comme un doute !

Aerobar Films 24/09/2008 22:48


Si la demande est VRAIMENT déprimée, les producteurs se battront entre eux pour nous fourguer leur or noir... Ne pas oublier que l'OPEP produit, aujourd'hui encore, un baril qui coûte en moyenne
bien moins que $30, et que la plupart des gouvernements membres de ce cartel ont un besoin vital de leur manne pétrolière pour maintenir la paix sociale dans leur pays.