Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 12:55
Mark Lynas, l'auteur de l'intéressant Six Degrees - espérons que la version française sera bientôt en rayon - a publié dans le Guardian du 13 juin un article qui confime que nous n'avons aucune chance d'échapper à la version hard de l'Anthropocène.

Le journaliste raconte le récent exercice d'un think tank (le Stockholm Netwok) qui a bâti 3 scénarios possibles pour le futur, un peu à la mode de Shell.

Le premier scénario s'appelle Agree And Ignore (Se mettre d'accord et ignorer) : les gouvernements s'engagent à entreprendre des actions pour réduire le changement climatique, mais ne tiennent pas les objectifs qu'il se sont fixés. "Cela vous rappelle quelque chose ?" commente cyniquement Lynas.

Le second s'appelle Kyoto Plus.
Dans celui-ci, les gouvernements signent un accord fort en 2009 à Copenhague, qui engagent les pays industrialisés dans un nouveau cycle d'objectifs style Kyoto, tandis que les pays émergents les rejoignent au fur et à mesure qu'ils atteignent le stade du "monde développé". Ce scénario représente le meilleur résultat qui puisse déboucher de façon plausible du processus en cours.
Enfin, le dernier scénario - Step Change, soit changement en rupture - repose sur l'arrivée prochaine (2010-2011) de catastrophes naturelles telles qu'elles provoquent une évolution radicale de la posture des décideurs mondiaux. Les approches nationales de réduction de gaz à effet de serre dans les pays consommateurs sont abandonnées au profit de droits d'extraction limités, accordés par l'ONU aux entreprises qui extraient du sol les combustibles fossiles ; il s'agit là d'un angle d'attaque qui n'est pas sans rappeler celui que nous avons adopté dans les Douze Salopeurs : examinons le mal à la racine plutôt qu'à l'autre bout de la chaîne. La propagation du prix de ces droits jusqu'au consommateur final réussirait, plus sûrement que l'approche à la Kyoto, à faire drastiquement baisser la demande.

Le think tank a eu ensuite la bonne idée de demander au Hadley Center, le plus important et le plus prestigieux établissement britannique de recherche en climatologie, d'injecter ces scénarios dans leurs modèles climatiques.
Résultat des courses : Agree & Ignore entraîne une élévation de la température planétaire de +4,85°C, Kyoto Plus de +3,31°C et Step Change de "seulement" +2,89°C.

Pour fixer les idées, à +3°C, on devrait voir les premiers ouragans de catégorie 6, l'Amazonie disparaîtra sous la pression conjuguée de la sécheresse et des feux de forêt et les tempêtes d'équinoxe pourraient ruiner quelques pièces essentielles de notre littoral.

A +5°C, nous aurons changé de planète. Seul le Nord de l'Europe bénéficiera encore d'un climat supportable par l'homme - mais malheureusement, ses sols acides seront bien incapables de se transformer en grandes plaines céréalières. L'Europe du Sud sera devenue durablement désertique.

On fait souvent appel à la théorie des jeux et ses incontournables équilibres de Nash pour proposer des solutions politiques viables aux questions environnementales. Par exemple, le marché des crédits d'émission se justifierait par le fait qu'une entreprise finira par préférer réduire ses émissions par de judicieux investissements, plutôt que d'acheter éternellement des droits à polluer.

A la lumière de cette théorie, on peut comprendre qu'un décideur, finalement, préférera choisir l'option faible du scénario Agree & Ignore : en l'absence d'un cataclysme à la Pearl Harbour qui prépare l'opinion à n'accepter "que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur", aucun élu n'acceptera de prendre le risque d'être impopulaire à imposer des mesures qui se seront révélées à posteriori à peine moins inefficaces que l'inaction totale.

Dans tous les cas, la calotte glacaire arctique finira par disparaître. Ira-t-on jusqu'à construire un musée-frigo pour exposer les derniers bouts de banquise, avec un ours polaire empaillé dessus ?
___________________________________________
Cet article a été publié par NaturaVox sous le titre Réchauffement climatique : l'inévitable catastrophe

Partager cet article

Repost 0
Published by Aerobar Films - dans Gros temps sur la planète
commenter cet article

commentaires

Klums 18/06/2009 10:40

"aucun élu n'acceptera de prendre le risque d'être impopulaire à imposer des mesures qui se seront révélées à posteriori à peine moins inefficaces que l'inaction totale"
Flippant ! Ou est donc la vision sur le long terme qu'est censé porter le politique ??