Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 16:49
undefinedAprès le cas de l'énergie, poursuivons notre examen des "décisions" de la Commission Attali, en prenant cette fois-ci celles raccrochées à l'objectif "Engager l'Etat sur un projet de croissance verte" (page 88 et suivantes).

L'objectif lui-même vaut quelques mots de commentaires : c'est à l'Etat d'assurer la charge de ce projet, et non aux entrepreneurs libéraux qui sont d'ordinaire supposés être le ferment d'un tel développement. Il faut croire que c'est moins facile que de multiplier le nombre de taxis.

91. Construire d'ici 2012 dix Ecopolis, villes ou quartiers d'au moins 50 000 habitants intégrant technologies vertes et technologies de communication. La relance du secteur du bâtiment est évidemment sous-entendue, avec une certaine latitude dans la définition de ce qu'est le label Ecopolis : apparemment, il suffit de brancher un panneau solaire sur le toit et un téléphone dans la maison.

92. Orienter la fiscalité vers la protection de l'environnement. Là, rien à dire, en fait c'est une simple redite du Grenelle. Mais la recommandation se limite à "aller vers" une taxation du CO2 à l'échelle européenne. Chi va piano va sano ?

93. Imposer l'achat exclusif par l'administration publique de véhicules hybrides et électriques, en attendant le tout-électrique à compter du 1er janvier 2009. Au volant de sa future BlueCar, Bolloré applaudit des deux mains !

94. Imposer des normes de sobriété énergétique pour les équipements informatiques
. Et l'électroménager ? L''équipement électrique et de chauffage ? Voilà deux secteurs dans lesquels les industriels français auraient besoin d'un marché domestique exigeant qui leur permettrait de prendre un avantage concurrentiel par l'innovation. Le choix des équipements informatiques est étonnant : il ne doit plus y avoir une seule usine en France. S'il s'agit de mesures protectionnistes, pourquoi ne pas ressortir le vieux coup du dédouanement à Poitiers ?

95. Imposer pour chaque achat public les meilleures techniques disponibles en matière d'efficacité énergétique. Là, c'est une vraie bonne idée, car cela signifie que la sacro-sainte règle du moins-disant, largement utilisée dans l'attribution des marchés publics de matériels, serait remplacée par une règle du moins-consommant. Mais alors, pourquoi commencer par donner des exemples affligeants comme "puces wifi basse consommation" (le plus gros poste de dépense énergétique, comme chacun sait), "label energy star" (une norme US et non européenne) ou bien encore "processus de mise en marche et d'extinction automatique" ? Et pour rendre la "décision" encore plus ridicule, on la complète par "Le même principe pourrait être applicable à la téléphonie mobile". Ca veut dire quoi ? Que les Présidents de Conseils Généraux doivent s'acheter des Blackberry qui s'éteignent quand on ne les utilise pas ?

Et voilà, c'est tout. Le traitement de cet "objectif" est à l'évidence bâclé.

Allez, puisquon parlait de principe, notre prochain commentaire de ce célèbre rapport concernera l'objectif de "repenser le principe de précaution".

Partager cet article

Repost 0

commentaires