Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 23:46
L'année dernière a été jalonnée par les rapports du GIEC (IPCC en anglais), avec le Prix Nobel de la Paix en point d'orgue.

undefinedTout le monde s'est penché avec intérêt sur les belles courbes et cartes qui décoraient les désormais fameux "résumés à l'intention des décideurs".

Le scénario-catastrophe A1FI ayant été retiré in extremis des courbes, les valeurs annoncées pour le réchauffement global paraissaient supportables : un peu plus de 3°C d'ici un siècle, cela nous laisse le temps de voir venir.

Selon un climatologue qui a participé au round 2007 du GIEC et que nous avons récemment consulté, le propre de ces travaux, c'est d'être obsolète dès qu'ils sont publiés. En effet, ces travaux synthétisent l'état de la recherche climatique... tel qu'elle était 3 ans plus tôt, soit en 2004 ! Cela pour s'assurer de ne travailler que sur une matière lue, relue et corrigée.

Et en 2008, les nouvelles de la recherche climatique "brute de thermomètre" sont préoccupantes : tout se passe effectivement comme le prévoyaient les modèles, mais deux fois trop vite. Cela d'une part parce que notre rythme d'émissions de CO2 reste 3 fois supérieur à celui envisagé par les différents scénarios (excepté le vilain petit canard A1FI), et d'autre part du fait de certaines non-linéarités de comportement des grands facteurs climatiques - comme par exemple la banquise arctique qui fond d'autant plus vite qu'elle a déjà commencé à fondre.

Nous saurons dans les deux prochains mois si le record de novembre 2007 restera isolé ou risque d'être battu en 2008, ce qui risque de remettre en cause le moment où le Pôle Nord sera libre de glace.

Par chez nous, en Europe, nous avons quelques soucis à nous faire en Europe du Sud : c'est moins la chaleur que la sécheresse que nous allons devoir combattre. Le climatique désertique du Sahel pourrait traverser la Méditerranée et venir assécher le bassin alpin. On pourra peut-être traverser le Rhône à pied l'été...

Partager cet article

Repost 0

commentaires